Quand Kindle se met le doigt dans l’œil

Quand Kindle se met le doigt dans l’œil

 

Shame ! Oui, que la honte rougisse le front de cette liseuse qui lit mal !

Pour l’œuvre de Proust Sur Facebook, Marcelita Swann invite à faire ses recherches sur Kindle si l’on veut trouver un passage. Elle, elle l’a en anglais et en français.

Pour appuyer ses dires, l’excellente proustienne de NewYork présente la première page du chapitre « Liste des lieux ». Et là, c’est la catastrophe.

Oui, vos yeux effarés ont bien lu que Méseglisse a deux s (au lieu d’un), que la maison de tante Léonie s’y trouve (non, elle est à Combray), que Françoise en est originaire (alors que sa mère est de Bailleau-le-Pin), que le narrateur rencontre la fille de Swann dans un raidillon (alors qu’il la voit à travers une haie), que Combray est inspirée de la réelle ville de… Combray (s’il y a un Combray dans le Calvados, c’est plutôt Illiers qui est la source) et que Tansonville est une ville (quand c’est une propriété avec parc).

 

Six erreurs en si peu de place, c’est un record. Je frémis en pensant à ce que dissimulent les autres pages de cette production des éditions Humanis à 2,99 € en Ebook et 14,34 € version papier. Il n’est pas impossible que vous puissiez placer ces sommes plus utilement ailleurs.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

8 comments to “Quand Kindle se met le doigt dans l’œil”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Ca n’arrête pas avec les liseuses. Ca a d’ailleurs commencé dès la première publicité dans le journal : on voyait la première page d’un livre, mais manque de bol, il y avait une faute d’orthographe qui s’étalait, et prouvait que les publicitaires n’avaient même pas daigné relire le texte dont ils se servaient…

    Perso j’ai une Kobo qui a plusieurs défauts, le plus grave étant la pauvreté du catalogue. Demandez Pierre Michon « les vies minuscules » (pourtant édité en poche…) : inconnu au bataillon. Oh, on peut toujours aller chercher sur le net une version téléchargeable, mais les manipulations sont longues et compliquées…

    Et je ne parle pas des « mises à jour ». Dès que je veux acheter un livre, ma liseuse me demande de mettre à jour le site, les dictionnaires, mouline pendant de longues minutes pour reconfigurer ma bibliothèque…

    Le problème, en fait, c’est que les vendeurs de liseuses se fichent complètement de la littérature. Ce qu’ils veulent, c’est vendre : alors vivent les catalogues correspondant aux rayons librairie des supermarchés sans aller au-delà, vivent les publicités, et au diable le respect des textes et des lecteurs.

    Mais d’un autre côté, (soupir !) quel autre objet de 50 grammes à peine peut vous permettre de trimballer partout les oeuvres complètes de tous les auteurs connus, comme Proust, Shakespeare, Homère, Cervantès, Balzac ou tous les russes ?

    Ah là là…

  2. Et puis, c’est le jeu des 7 erreurs votre exemple, là. Une propriété hérité (sans « e ») de son père. Phrase intégralement recopiée dans le paragraphe suivant (???) , mais avec le « e » reparu !

  3. Patrice~
    Horrors! So, you see how we non-French reader must suffer?
    And to think…I must translate this!

    Honestly, who is going the research? Shame, indeed.

    More information:
    Marcel Proust À la recherche du temps perdu Edition Humanis –2012 Collection « Classiques »
    http://www.editions-humanis.com/_979-10-219-0005-9.php

    Curious, is this passage from 1913 or one of the two later revisioned editions?

    « Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles-Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes à mon réveil ; elle ne choquait pas ma raison, mais pesait comme des écailles sur mes yeux et les empêchait de se rendre compte que le bougeoir n’était plus allumé. Puis elle commençait à me devenir inintelligible, comme après la métempsycose les pensées d’une existence antérieure ; le sujet du livre se détachait de moi, j’étais libre de m’y appliquer ou non ; aussitôt je recouvrais la vue et j’étais bien étonné de trouver autour de moi une obscurité, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-être plus encore pour mon esprit, » MP

    Merci, Patrice, for being my watch-dog and keeping predators away.
    I also use the Kindle Delphi (in French). Hope that is better!

  4. Whew! So, I could still use this Kindle edition to find authentic Proust passages in French….and eschew everything else?

    I also use Project Gutenberg:
    http://www.gutenberg.org/files/2650/2650-h/2650-h.htm

    « Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire: «Je m’endors.» Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage: une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes à mon réveil; elle ne choquait pas ma raison mais pesait comme des écailles sur mes yeux et les empêchait de se rendre compte que le bougeoir n’était plus allumé. Puis elle commençait à me devenir inintelligible, comme après la métempsycose les pensées d’une existence antérieure; le sujet du livre se détachait de moi, j’étais libre de m’y appliquer ou non; aussitôt je recouvrais la vue et j’étais bien étonné de trouver autour de moi une obscurité, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-être plus encore pour mon esprit, à qui elle apparaissait comme une chose sans cause, incompréhensible, comme une chose vraiment obscure. Je me demandais quelle heure il pouvait être; j’entendais le sifflement des trains qui, plus ou moins éloigné, comme le chant d’un oiseau dans une forêt, relevant les distances, me décrivait l’étendue de la campagne déserte où le voyageur se hâte vers la station prochaine; et le petit chemin qu’il suit va être gravé dans son souvenir par l’excitation qu’il doit à des lieux nouveaux, à des actes inaccoutumés, à la causerie récente et aux adieux sous la lampe étrangère qui le suivent encore dans le silence de la nuit, à la douceur prochaine du retour. » MP

  5. Could anyone recommend a good French-Kindle edition?
    I am looking for a complete set.

    Not separate books like:

    À la recherche du temps perdu I – Du côté de chez Swann (édition enrichie) (French Edition) Kindle Edition
    by Marcel Proust (Author),‎ Antoine Compagnon (Editor)

    I could always search like this, if desperate. 😉
    https://archive.org/stream/larecherchedutem03prou#page/68/mode/2up/search/gazouillement

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et