Comment dire « extrêmement » en mieux

Comment dire « extrêmement » en mieux

 

Voici trois expressions synonymes d’« extrêmement » qui sonnent délicieusement désuet. Pour paraphraser tante Léonie, si elles étaient interprétées au piano, ce ne serait pas sec : « du dernier », « on ne peut plus » et « tout ce qu’il y a de ».

 

Marcel Proust les trouve à son goût qui les utilise une fois pour la première, six pour la suivante et vingt-six pour la dernière.

 

*— Oh ! un instant seulement. Nous avons eu un Swann très agité, très nerveux. Vous comprenez, Odette était partie.

— Vous voulez dire qu’elle est du dernier bien avec lui, qu’elle lui a fait voir l’heure du berger, dit le docteur, expérimentant avec prudence le sens de ces expressions. I

 

*[Saint-Loup au Héros :] mon oncle qui est on ne peut plus héraldique vous répondrait que notre cri, notre cri de guerre, qui devint ensuite Passavant, était d’abord Combraysis II

* ce sous-officier noble (dont Bloch se fit une idée extraordinaire quand je lui en parlai, parce que, touché d’apprendre qu’il était du même parti que lui, il l’imaginait cependant, à cause de ses origines aristocratiques et de son éducation religieuse et militaire, on ne peut plus différent, paré du même charme qu’un natif d’une contrée lointaine) III

*[Bloch au Héros :] « Mais oui, c’était très joli, on ne peut plus réussi. C’était vraiment ravissant. » III

*[La grand’mère au Héros :] J’ai entendu toute la conversation entre la « marquise » et le garde, me dit-elle. C’était on ne peut plus Guermantes et petit noyau Verdurin. III

*[Mme Verdurin au Héro :] Les communications sont on ne peut plus faciles, les chemins sont ravissants ; IV

*[Aimé au Héros :] Je remercie encore Monsieur du petit voyage que Monsieur m’a ainsi procuré et qui m’a été très agréable d’autant plus que le temps est on ne peut plus favorable. V

 

*[Les grand’tantes du Héros :] « Imagine-toi, Céline, que j’ai fait la connaissance d’une jeune institutrice suédoise qui m’a donné sur les coopératives dans les pays scandinaves des détails tout ce qu’il y a de plus intéressants. Il faudra qu’elle vienne dîner ici un soir. — Je crois bien ! répondit sa sœur Flora, mais je n’ai pas perdu mon temps non plus. J’ai rencontré chez M. Vinteuil un vieux savant qui connaît beaucoup Maubant, et à qui Maubant a expliqué dans le plus grand détail comment il s’y prend pour composer un rôle. C’est tout ce qu’il y a de plus intéressant. » I

*Quelquefois tel couple ami de mes grands-parents et qui jusque-là s’était plaint de ne jamais voir Swann, leur annonçait avec satisfaction et peut-être un peu le désir d’exciter l’envie, qu’il était devenu tout ce qu’il y a de plus charmant pour eux, qu’il ne les quittait plus. I

*[Oriane, princesse de Laumes à Froberville sur les Iéna : ] Voyez-vous ces braves gens s’ils voyaient entrer une personne qu’ils ne connaissent pas ? Ils me recevraient peut-être très mal ! dit la princesse.

[…]

—« Ah ! princesse, vous savez bien qu’ils ne se tiendraient pas de joie… »

[….]

« Pourquoi ? Qu’en savez-vous ? Cela leur serait peut-être tout ce qu’il y a de plus désagréable. I

*[Swann à Odette sur ses aventures saphiques passées :] « Il y a combien de temps ? »

— Oh ! Charles, mais tu ne vois pas que tu me tues, c’est tout ce qu’il y a de plus ancien. I

*[La mère du Héros :] M. de Norpois est tout ce qu’il y a de plus gentil, mais il n’est pas toujours très bienveillant, surtout pour les gens qui ne sont pas de son bord. II

*[La marquise de Villeparisis :] Les Choiseul sont tout ce qu’il y a de plus grand, ils sortent d’une sœur du roi Louis le Gros, ils étaient de vrais souverains en Bassigny. II

*[La mère d’Andrée sur l’extraction d’Albertine :] c’est tout ce qu’il y a de mieux, ce sont des Simonet, avec un seul n. II

*[Saint-Loup au Héros sur des militaires :] les plus intelligents de nos maîtres, tout ce qu’il y a de meilleur dans la cavalerie, et notamment le commandant dont je te parlais, III

*Saint-Loup à Rachel :] Mais, Zézette, c’est pour moi que c’est désagréable. Tu nous rends ridicules aux yeux de ce monsieur, qui va être persuadé que tu lui fais des avances et qui m’a l’air tout ce qu’il y a de pis. III

*[La tenancière des toilettes du jardin des Champs-Élysées :] mes clients me tiennent au courant de ce qui se passe. Tenez, Monsieur, il y en a un qui est sorti il n’y a pas plus de cinq minutes, c’est un magistrat tout ce qu’il y a de plus haut placé. III

*[Le duc de Guermantes au Héros :] Mme de Guermantes va être tout ce qu’il y a de plus heureuse, me dit-il d’un ton habilement persuasif. III

*[La comtesse douairière d’Argencourt :] « Oriane de Guermantes qui est fine comme l’ambre, maligne comme un singe, douée pour tout, qui fait des aquarelles dignes d’un grand peintre et des vers comme en font peu de grands poètes, et vous savez, comme famille, c’est tout ce qu’il y a de plus haut, sa grand’mère était Mlle de Montpensier, et elle est la dix-huitième Oriane de Guermantes sans une mésalliance, c’est le sang le plus pur, le plus vieux de France. » III

*[Mme de Guermantes] Quand elle disait d’une femme, il paraît qu’elle est « charmante », ou d’un homme qu’il était tout ce qu’il y a de plus intelligent, elle ne croyait pas avoir d’autres raisons de consentir à les recevoir que ce charme ou cette intelligence, III

*[Saint-Loup au Héros sur une habituée d’une maison de passe :] Il y a une petite demoiselle de… je crois d’Orgeville, je te dirai exactement, qui est la fille de gens tout ce qu’il y a de mieux ; IV

*[Une femme du monde sur Odette Swann :] il paraît qu’elle est tout ce qu’il y a de plus intelligente, elle est charmante. IV

*[M. Verdurin sur les Cambremer :] ils doivent être tout ce qu’il y a de plus anti, et galonnards, IV

*Comme tout le monde ne savait pas la grande naissance de la mère de Mme Féré, et le cercle extraordinairement fermé qu’elle et son mari fréquentaient, quand on venait de les nommer, pour expliquer on ajoutait toujours que c’était des gens « tout ce qu’il y a de mieux ». IV

*[Le Héros au lecteur :] Il n’y a guère que les garçons de restaurant pour croire qu’un homme excessivement riche a toujours des vêtements nouveaux et éclatants et qu’un monsieur tout ce qu’il y a de plus chic donne des dîners de soixante couverts et ne va qu’en auto. Ils se trompent. Bien souvent, un homme excessivement riche a toujours un même veston râpé; un monsieur tout ce qu’il y a de plus chic, c’est un monsieur qui ne fraye dans le restaurant qu’avec les employés et, rentré chez lui, joue aux cartes avec ses valets. V

*[Charlus au Héros sur la reine de Naples :] Mon Dieu, c’est surtout pour Morel que c’était important de la connaître, il le désirait, du reste, passionnément, car il est tout ce qu’il y a de plus intelligent. V

*[Saint-Loup :] « Tous ceux qui ne sont pas au front, c’est qu’ils ont peur ». Saint-Loup avait dit cela pour briller dans la conversation, pour faire de l’originalité psychologique, tant qu’il n’était pas sûr que son engagement serait accepté. Mais il faisait pendant ce temps-là des pieds et des mains pour qu’il le fût, étant en cela moins original, au sens qu’il croyait qu’il fallait donner à ce mot, mais plus profondément français de Saint-André-des-Champs, plus en conformité avec tout ce qu’il y avait à ce moment-là de meilleur chez les Français de Saint-André-des-Champs, seigneurs, bourgeois et serfs respectueux des seigneurs ou révoltés contre les seigneurs, deux divisions également françaises de la même famille, sous-embranchement Françoise et sous-embranchement Morel, d’où deux flèches se dirigeaient à nouveau dans une même direction qui était la frontière. VII

* Françoise qui avait fait depuis longtemps tous ses efforts pour que son neveu fût réformé et qui, quand on lui avait proposé une recommandation, par la voie des Guermantes, pour le général de Saint-Joseph, avait répondu d’un ton désespéré : « Oh ! non, ça ne servirait à rien, il n’y a rien à faire avec ce vieux bonhomme-là, c’est tout ce qu’il y a de pis, il est patriotique », VII

*[Deux piliers de l’hôtel de Jupien sur le grand Julot :] Qui c’est, sa marraine ? – C’est la dame qui tient le chalet de nécessité un peu plus bas que l’Olympia. – Ils couchent ensemble ? – Qu’est-ce que tu dis là ? C’est une femme mariée, tout ce qu’il y a de sérieuse. Elle lui envoie de l’argent toutes les semaines parce qu’elle a bon cœur. Ah ! c’est une chic femme. VII

*[Bloch au Héros :] j’ai cherché dans le Gotha de cette année me confessa naïvement Bloch et j’ai trouvé le prince de Guermantes, habitant l’hôtel où nous sommes et marié à tout ce qu’il y a de plus grandiose, attends un peu que je me rappelle, marié à Sidonie, duchesse de Duras, née des Beaux. VII

* l’étroit petit jardin [de Mme de Guermantes] où on prenait de l’orangeade, tout ce qu’il y avait de plus exquis, VII

 

Dans le même temps, « extrêmement » apparaît soixante-et-onze fois.

 

Au passage, je rappelle qu’il arrive à Proust de confondre parfois « excessivement » et « extrêmement » (voir la chronique (Extrêmement ou excessivement ?)— mais « trop », ce n’est pas « très ».

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et