De la grêle…

De la grêle…

 

Vers 16 h, ce samedi, la grêle est tombée sur Illiers-Combray.

(Photo PL)

(Photo Violette L)

 

Cela ne fut ni violent ni long, loin de l’intensité de ce 4 mars 2015 où l’intensité fut telle que je me fendis d’une chronique.

C’est très paresseusement que je la reprends pour m’assurer des occurrences de « grêle » dans À la recherche du temps perdu. La première est dans Du côté de chez Swann : « Chaque fois qu’il parlait [Bergotte] de quelque chose dont la beauté m’était restée jusque-là cachée, des forêts de pins, de la grêle, de Notre-Dame de Paris, d’Athalie ou de Phèdre, il faisait dans une image exploser cette beauté jusqu’à moi. »

 

Les six autres n’ont rien à voir à ce qui est tombé du ciel d’Eure-et-Loir. Il s’agit de l’homonyme signifiant menu, maigre, faible — j’allais dire frêle : « jeune femme grêle » (À l’ombre des jeunes filles en fleurs), « des chefs-d’œuvre au temps de leur grêle apparition », « son dos déjà dépouillé d’ombre, grêle et rugueux », « de nouveaux moments de plaisir qui passeraient de même aussi grêles et linéaires » (Le côté de Guermantes), « ces arbres lunaires grêles et pâles », « le fifre grêle et fin » (La Prisonnière).

 

Après le grelot, les grêlons.

 

Aujourd’hui encore, le temps d’achever cette chronique, le ciel d’Illiers-Combray est redevenu bleu.

 

Le père du Héros « aimait la météorologie ». Moi aussi !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et