Proust, en combien de twitts ?

Proust, en combien de twitts ?

 

Si vous n’aimez pas les chiffres, ne lisez pas plus loin…

 

À raison de 140 caractères par twitt, combien faudrait-il de ce types de messages pour diffuser toute la Recherche ?

Réponse : 51 833.

 

Pour arriver à ce résultat, j’ai voulu connaître le nombre exact de signes dans l’œuvre de Proust. Les estimations varient. Il est d’usage de parler des 3 000 pages d’À la recherche du temps perdu — mais c’est à la louche, d’autant que ça dépend de la dimension du livre !

 

Wikipédia écrit qu’il y a « un volume de 2 400 pages » et que l’ensemble totalise « 9 609 000 caractères, près de 1,5 million de mots ».

 

Selon les versions, le compte de la somme de Du côté de chez Swann jusqu’au Temps retrouvé varie. Ce que je vous livre est donc ma propre recherche (!). Pour les besoins de ce blogue, j’ai regroupé tous les volumes en un seul document.

 

Mon ordinateur Apple dispose d’un onglet « Outils » dont l’un s’intitule « Statistiques » comptant les pages, les mots, les caractères (avec et sans espaces), les paragraphes et les lignes.

Êtes-vous prêts ? Voici sa réponse.

 

Fort de ces chiffres, il n’y a plus qu’à faire une division (7 256 623 : 140) pour obtenir le nombre de twitts. CQFD.

À un twitt par jour, il faudrait 142 ans pour diffuser tout Proust. Mazette !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Proust, en combien de twitts ?”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Ceci me fait penser à Charlie Hebdo, où le dessinateur (un tantinet « gore »…) Vuillemin a entrepris de dessiner la Recherche en.. rébus ; le malheureux n’a même pas encore fini les trois premiers paragraphes du « côté de chez Swann », c’est dire qu’il mourra bien avant la fin de sa tâche, alors même que cela fait déjà deux ou trois ans qu’il s’y est attelé.

    L’entreprise de Vuillemin est donc complètement folle, en fait, quand on sait que chaque rébus est composé de sept ou huit dessins correspondant à un bout de phrase de Proust, et qu’il met un point d’honneur à utiliser les dessins les plus « communs », quotidiens, voire grossiers, pour illustrer une des proses les plus tarabiscotées qui soient… Mais ce contraste, à mon sens, aurait ravi Proust, parce que lui aussi mélange à plaisir le raffiné et le trivial !

    Et j’y vois, moi, encore une vampirisation de la part de Proust, de la manière la plus inattendue qui soit, parce que franchement, qui aurait discerné chez Vuillemin un tel lecteur de la Recherche – et voilà encore une « victime », qui essaie, comme toutes les autres, de témoigner de son addiction…

  2. Patrick Alexander tweets the whole novel:

    Marcel Proust
    @ProustTweet

    « Patrick Alexander, author of « Marcel Proust’s Search For Lost Time » (Vintage Books) is rewriting all seven volumes of Proust’s novel in a series of daily tweets »
    wwwproustguide.com
    6,459 Followers

    Marcel Proust @ProustTweet
    http://www.proustguide.com/ProustProjects.htm
    ·
    Example:
    « Not only are the Guermantes our feudal overlords in Combray, but the Duchess herself embodies all my nascent romantic and sexual yearnings. »

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et