Petite phrase et catleya, hymne et emblème

Petite phrase et catleya, hymne et emblème

 

Le couple Charles Swann-Odette de Crécy tel un pays…

 

Une nation se reconnaît dans un drapeau, une devise, un hymne, des armoiries, une figure allégorique, une fête, un animal ou une plante.

 

Ainsi, la bannière Stars and Stripes américaine, l’Ordem e Progresso brésilien, le Das Lied der Deutschen allemand, les clés de saint Pierre et la tiare papale vaticanes, l’Athéna grecque, le 17 mars fête de la Saint-Patrick irlandaise, l’ours russe ou la rose anglaise.

 

En France, c’est le drapeau bleu-blanc-rouge, Liberté Égalité Fraternité, la Marseillaise, le faisceau de licteur et les initiales RF, Marianne, le 14-Juillet, le coq gaulois et la fleur de lys (avant la République).

 

L’amour d’Odette et Charles se contente d’un hymne et d’un emblème — ce n’est déjà pas mal.

 

La musique, c’est celle de Vinteuil, précisément, l’andante de sa Sonate pour piano et violon. La comparaison avec un air commun à tout un peuple est explicite.

*À son entrée, tandis que Mme Verdurin montrant des roses qu’il avait envoyées le matin lui disait : « Je vous gronde » et lui indiquait une place à côté d’Odette, le pianiste jouait pour eux deux, la petite phrase de Vinteuil qui était comme l’air national de leur amour. I

*Les phrases de Vinteuil me firent penser à la petite phrase et je dis à Albertine qu’elle avait été comme l’hymne national de l’amour de Swann et d’Odette, V

 

Quant à l’emblème, c’est une fleur, au nom masculin, catleya (écrit aussi avec 2 t, comme Cattley, ce botaniste anglais qui importa cette orchidée du Brésil). La plante est en effet d’Amérique du Sud. Elle l’est tant qu’un pays (aussi), la Colombie, en a fait son symbole national — avec le condor des Andes.

La Cattleya trianae a été baptisée à partir du nom du naturaliste colombien José Jerónimo Triana — né en 1828 à Bogota, mort en 1890 à Paris et enterré au Père-Lachaise.

L’orchidée est choisie en 1936 par le docteur Emilio Robledo, membre de l’Académie colombienne d’Histoire et féru de botanique, qui la considère comme l’une des plus belles fleurs au monde et la plus représentative des plantes poussant dans le pays.

 

Proust la choisit à son tour écrivant seize fois « catleya » dans la Recherche, notamment dans la « métaphore “faire catleya“, devenue un simple vocable qu’ils [Charles et Odette] employaient sans y penser quand ils voulaient signifier l’acte de la possession physique » (Du côté de chez Swann).

 

Une certaine Cataleya, jeune Colombienne, est l’héroïne d’un film de 2011 (Olivier Megaton à la réalisation, Luc Besson au scénario et à la production), Colombiana. Tueuse à gages, elle laisse derrière chacun de ses meurtres le dessin d’un catleya sur le corps des victimes comme signature. L’actrice Zoe Saldana lui prête son visage.

 

Tous en chœur : « Allons enfants de la catleya »…

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et