Hélas et Alas

Hélas et Alas

 

Hélas, trois fois hélas — Non, cent trente-neuf fois !

Cette interjection exprime bien la plainte, la douleur, le regret (comme l’écrit le Larousse). Pour preuve, la première occurrence de la Recherche, chez tante Léonie, dans Du côté de chez Swann :

*Après le dîner, hélas, j’étais bientôt obligé de quitter maman qui restait à causer avec les autres, au jardin s’il faisait beau, dans le petit salon où tout le monde se retirait s’il faisait mauvais. I

 

La cent-trente-neuvième est exprimée à propos de l’œuvre à venir du Héros, en repensant à la bibliothèque du prince de Guermantes, dans Le Temps retrouvé :

*le bonheur que j’éprouvais ne tenait pas d’une tension purement subjective des nerfs qui nous isole du passé, mais au contraire d’un élargissement de mon esprit en qui se reformait, s’actualisait le passé et me donnait, mais hélas ! momentanément, une valeur d’éternité. J’aurais voulu léguer celle-ci à ceux que j’aurais pu enrichir de mon trésor. Certes, ce que j’avais éprouvé dans la bibliothèque et que je cherchais à protéger, c’était plaisir encore, mais non plus égoïste, ou du moins d’un égoïsme (car tous les altruismes féconds de la nature se développent selon un mode égoïste, l’altruisme humain qui n’est pas égoïste est stérile, c’est celui de l’écrivain qui s’interrompt de travailler pour recevoir un ami malheureux, pour accepter une fonction publique, pour écrire des articles de propagande) utilisable pour autrui. VII

 

Au milieu de tous ces « hélas », il n’est qu’un seul presque homonyme, « Alas ». Le mot est prononcé dans un rêve du Héros par son père. Est-ce l’orthographe en vieux français de « hélas » ? Sans doute même si l’intéressé lui donne un autre sens :

* Mais déjà j’avais retraversé le fleuve aux ténébreux méandres, j’étais remonté à la surface où s’ouvre le monde des vivants, aussi si je répétais encore : « Francis Jammes, cerfs, cerfs », la suite de ces mots ne m’offrait plus le sens limpide et la logique qu’ils exprimaient si naturellement pour moi il y a un instant encore, et que je ne pouvais plus me rappeler. Je ne comprenais plus même pourquoi le mot Alas, que m’avait dit tout à l’heure mon père, avait immédiatement signifié : « Prends garde d’avoir froid », sans aucun doute possible. J’avais oublié de fermer les volets, et sans doute le grand jour m’avait éveillé. IV

 

Ce que n’est pas cet Alas-là :

La traduction anglaise de Hélas ;

Une autre orthographe d’Ajax, personnage de la mythologie grecque, roi de Salamine, et dont le nom évoque l’aigle (aietos) ni de l’Ajax de Sophocle, dans une traduction de Charles Lecomte de Lisle ;

Une population de la province d’Aceh, dans l’île de Sumatra en Indonésie.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et