Proust inspirateur de bals

Proust inspirateur de bals

 

A-t-on jamais vu Marcel Proust danser ? La valse virevolte sept fois dans À la recherche du temps perdu, le boston et le tango trois chacun.

Les mondaines assemblées dansantes trouvent naturellement leur place dans l’ouvre : bal costumé ou travesti de la princesse de Léon, bal redoute, bals des gens riches, bal d’Herbinger, bal de charité, bals de ministère, bals de l’Élysée, bals du Casino, bals de spectres, redoute où le père de Mme de Villeparisis doit danser avec la duchesse de Berry, bal de Mme de Sagan, dernier bal de l’année, bal travesti du nouveau ministre de Grèce, bal costumé où Basin est en Louis XI et Oriane en Isabeau de Bavière — sans omettre le bal populaire du 14 juillet.

 

Comment s’étonner alors que ce cher Marcel inspire de folles occasions de danser pour lui, grâce à lui, en l’honneur de lui. Par deux fois, en France, au XXe siècle, un « bal Proust » a été organisé réunissant le Tout-Paris. L’un et l’autre sont mémorables.

 

12 juin 1928, un hôtel particulier de l’avenue Charles-Floquet, Paris (VIIe arr.).

Le prince et la princesse de Faucigny-Lucinge reçoivent. Proust est mort depuis six ans mais le maître des lieux l’a rencontré jadis dans un bal de la princesse Soutzo. Il l’a trouvé « très jaune » et l’a salué comme un « bouddha » — ainsi qu’il le racontera dans une émission de Bernard Pivot où il reconnaîtra aussi avoir « sacrifié un peu trop à la frivolité ».

Il a 23 ans et se prénomme Jean-Louis ; son épouse en a 25. Elle est née Liliane Marie Mathilde Beaumont d’Erlanger mais est connue comme Baba de Faucigny-Lucinge. Le couple donne des fêtes somptueuses, des soirées, à thème littéraire, mythologique ou exotique. Ce jour-là, c’est le « Souvenir de Proust ».

Les hôtes reçoivent en marquis et marquise de Saint-Loup, avec des costumes signés Jean Hugo.

 

Parmi les invités, Paul Morand en baron de Charlus, Valentine Hugo en Sodome et Gomorrhe, la princesse Soutzo en Mme Verdurin, la baronne Édouard de Rothschild en princesse de Guermantes et Jacques de Lacretelle en prince de Guermantes, Charles de Besteguy…

(Paul Morand à gauche)

 

La fête prendra fin sous la tour Eiffel voisine à six heures du matin. Récit, bien plus tard, du Figaro : « Une farandole bruyante et costumée est emmenée par Georges Auric et Francis Poulenc. Dans ses rangs, une quarantaine de noceurs aux patronymes prestigieux — Polignac, Noailles, Hugo… – errent le long des allées cavalières du Champ-de-Mars, ourlées d’hôtels particuliers récemment élevés. La petite troupe parfume d’effluves d’alcool et d’insouciance les piliers de la tour Eiffel, mettant un point final au bal Proust qu’ont organisé la veille le prince et la princesse de Faucigny-Lucinge. »

 

11 décembre 1971, château de Ferrières (Seine-et-Marne).

Les allées sont éclairées par des torches et les fenêtres par des chandeliers.

Le baron Guy de Rothschild et son épouse, née Marie-Hélène Naila Stephanie Josina van Zuylen van Nyevelt van de Haar, invitent leurs amis à célébrer le centenaire de la naissance de Marcel Proust. Elle est alors l’une des hôtesses les plus vues de la société parisienne.

Robe Yves Saint-Laurent pour la baronne de Rothschild

 

1 500 cartons d’invitations ont été lancés pour 350 dineurs assis et 350 autres pour un souper.

Au menu, consommé, quenelle de homard, canard farci au foie gras et foie de canard, décoré au pamplemousse, petites mirabelles et confiture de prune, bombe glacée.

 

Les dames habillées par les plus grandes maisons —beaucoup en Saint-Laurent mais aussi Valentino ou Givenchy — portent des tiares, des fleurs blanches, des robes corsetées blanches tout droit sorties de l’univers de la Recherche.

 

Parmi les hôtes, Grace de Monaco, la duchesse de Windsor, Diane de Montbrison, la comtesse Jacqueline de Ribes, Victoire de Ganay, Jane Birkin, Elisabeth Taylor, habillée par Valentino, Marisa Berenson en Marquise Luisa Casati Stampa, Leslie Caron, Hélène Rochas en Odette de Crécy, Capucine, Nan Kempner (, riche héritière américaine  la femme« la plus chic du monde » selon Yves Saint-Laurent dont elle possède trois cent soixante-seize créations.

Les chevaliers servants sont Salvador Dali, Yul Brynner, Richard Burton, le comte Andrea Dotti, Serge Gainsbourg…

Pour tirer le portrait de tout ce petit monde, les hôtes ont embauché Cecil Beaton en Nadar.

Et l’on imagine le pâle écrivain rose d’émotion au-dessus de tous ces mondains réunis dans son culte, lui qui avait écrit, dans Le Temps retrouvé : « partout des danses nouvelles s’organisaient, se déchaînaient dans la nuit ».

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique, Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Proust inspirateur de bals”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Bonsoir,
    Je ne sais pas si c’est le bon endroit pour vous contacter, mais j’ai une question à vous poser.Je vous explique. Je me suis par le passé plongé pendant deux ans dans l’oeuvre de Proust, et je m’en suis détourné pour écrire.
    Mes écrits sont involontairement très inspirés de Proust, qui a bouleversé ma vision du monde. Mais en relisant un de mes textes, j’ai eu le malheureux sentiment d’avoir déjà lu une scene presque identique chez Proust. Ainsi je requiert votre aide, vous qui avez certainement mieux le texte en tête. Y-a-t-il une scène où par une déformation de l’espace temps, l’idéalisme subjectif se voit réalisé, eT renvoie un personnage dans un passé qui lui fait transformer les objets qu’il voit, un individu devenant par exemple une table, la voix d’un homme le pépiement d’un oiseau. J’espère m’être fait comprendre, bien que j’aie conscience d’avoir écrit de manière un peu barbaresque. Si vous pouviez me répondre dans un commentaire en dessous du mien, vous me seriez d’une très grande aide.
    Bien à vous,
    Romain B.

    • Très honnêtement, je ne vois rien qui s’en rapproche, mais (merci de votre confiance), je ne connais pas la Recherche mot à mot. Si des commentateurs de ce blogue se sentent interpelés…

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et