Macron, l’Europe et Proust

Macron, l’Europe et Proust

 

Tant pis pour les fâcheux, les grognons… J’aime mon président quand il assume son engagement européen. Hier, à la Sorbonne, le chef de l’État a trouvé le bon souffle pour défendre ce qui nous grandit sans affaiblir notre taille française. Et quand il se range derrière le modèle de Proust, je jubile.

 

Extrait :

« C’est cela la solidarité qui unit : l’Europe juste, protectrice et ambitieuse. « Unir les hommes », disait sobrement MONNET. « Vivre collégialement », disait SORBON. C’est toujours le même objectif. C’est à toujours cela qu’il nous faut revenir.

Et le ciment le plus fort de l’Union sera toujours la culture et le savoir. Car cette Europe où chaque Européen reconnaît son destin dans le profil d’un temple grec ou le sourire de Mona Lisa, qui a pu connaître des émotions à travers toute l’Europe en lisant MUSIL ou PROUST, cette Europe des cafés, dont parle STEINER, cette Europe dont SUARES disait qu’elle est « une loi, un esprit, une coutume », cette Europe des paysages et des folklores, cette Europe dont ERASME, dont on disait qu’il en était le précepteur, disait qu’il fallait demander à chaque jeune, déjà, de « parcourir le continent pour apprendre d’autres langues » et « se défaire de son naturel sauvage », cette Europe, parcourue par tant de guerres, de conflits : ce qui la tient, c’est sa culture. »

 

Vive ce Macron-là.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et