La littérature libère mais…

La littérature libère mais…

 

Lire Proust, c’est ouvrir la fenêtre, c’est se nourrir l’esprit et le cœur. L’environ compte. Voilà 50 jours que le journaliste français Loup Bureau est en prison en Turquie. Dans ce pays à l’inquiétante dérive autoritaire, il est accusé, sans raison, d’activités terroristes.

Comme nous nous étions mobilisés pour l’écrivaine Asli Erdogan, mobilisons nous pour obtenir sa libération — nos pensées vont aussi vers ses confrères eux aussi détenus arbitrairement.

 

En attendant Le Monde nous apprend que Loup Bureau a « pour seuls compagnons trois grands classiques de la littérature : des livres de William Shakespeare, Marcel Proust et James Joyce ». Agissons pour qu’il puisse en profiter libre.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et