La correspondance de Proust n’est pas qu’épistolaire (1)

La correspondance de Proust

n’est pas qu’épistolaire (1)

 

Comme son Héros pour Combray, le futur écrivain se rendait à Illiers, Eure-et-Loir, en chemin de fer. Paris, il prenait le train à la gare Montparnasse. Après être passé à Versailles-Chantiers et Rambouillet, il changeait à Chartres, comme son personnage — qui n’en pipe mot. Arrivé à destination, il villégiaturait en famille, le temps des vacances, chez son oncle Jules Amiot et sa tante Élisabeth, née Proust, inspiration pour tante Léonie de Combray.

 

La première fois, il a 7 ans. Nous sommes en 1878.

 

Entre Paris et Chartres, la ligne existe depuis vingt-neuf ans. Passant par Versailles (depuis 1840), elle se prolonge jusqu’à Rennes (1857) via Le Mans, et Brest (1865). Elle est exploitée par la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest.

 

Entre Chartres et Illiers, la ligne existe depuis 1876. Le terminus est à Brou. Il y a alors deux trains par jour, un le matin et un le soir. En 1883, les trains vont jusqu’à Arrou et Courtalain. Au-delà, une autre ligne continue vers Château-du-Loir où elle croise celle de Tours au Mans.

Elle est exploitée par la Compagnie du chemin de fer d’Orléans à Rouen (par une convention signée en 1870 entre le Conseil général d’Eure-et-Loir et la société), puis par l’Administration des chemins de fer de l’État.

La ligne s’appelle de Chartres à Bordeaux Saint-Jean.

Aujourd’hui encore, un panneau SNCF l’atteste à l’un des deux passages à niveau situés dans la commune, le 29.

Ce vestige m’a été signalé par l’excellente Danièle Anelide. L’appellation ne peut être qu’administrative, la ligne ne comportant qu’une voie unique. Entre Paris et Bordeaux, les trains passent par Orléans, non par Chartres.

La ligne a une genèse complexe, car elle a été constituée par le reclassement et la mise bout à bout de chemins de fer concédés à diverses compagnies, parfois à titre d’intérêt général, mais souvent à titre d’intérêt local. Les difficultés financières de ces compagnies ont conduit à leur rachat par l’État qui en a finalement confié l’exploitation à son administration.

 

Le Héros de Proust descend à Combray, Marcel à Illiers…

… et les Proustien(ne)s à Illiers-Combray.

 

Au départ de Chartres…

 

… le train dessert Lucé, La Taye et Bailleau-le-Pin.

EPSON scanner Image

 

*On reconnaissait le clocher de Saint-Hilaire de bien loin, inscrivant sa figure inoubliable à l’horizon où Combray n’apparaissait pas encore ; quand du train qui, la semaine de Pâques, nous amenait de Paris, mon père l’apercevait qui filait tour à tour sur tous les sillons du ciel, faisant courir en tous sens son petit coq de fer, il nous disait : « Allons, prenez les couvertures, on est arrivé. » I

 

Si l’on ne descend pas assez vite, on repart vers Brou, franchissant un viaduc que le Héros décrit :

*Parfois nous allions jusqu’au viaduc, dont les enjambées de pierre commençaient à la gare et me représentaient l’exil et la détresse hors du monde civilisé parce que chaque année en venant de Paris, on nous recommandait de faire bien attention, quand ce serait Combray, de ne pas laisser passer la station, d’être prêts d’avance car le train repartait au bout de deux minutes et s’engageait sur le viaduc au delà des pays chrétiens dont Combray marquait pour moi l’extrême limite. I

*La seule chose un peu triste dans cette chambre d’Eulalie était qu’on y entendait le soir, à cause de la proximité du viaduc, les hululements des trains. VII

 

Chartres est un important carrefour ferroviaire, à la limite des domaines d’activité de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest, de l’Administration des chemins de fer de l’État et de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans.

Si ligne entre la capitale et Orléans évitait Chartres mais une ligne reliait ces deux villes via Le Coudray, Voves et Patay (aujourd’hui fermée mais en cours de réouverture).

 

Dans la Recherche, ce n’est pas le Héros qui va à Orléans, mais Charlus. Encore des histoires de correspondances. À suivre demain.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et