Eh bien la baie

Eh bien la baie

 

Il y a baie et baie…

Dans À la recherche du temps perdu, les trente-quatre occurrences du mot désignent une ouverture vitrée ou un petit golfe — comme la baie de Balbec.

Jamais, il ne concerne le fruit de l’aubépinier. Le Héros connaît les fleurs blanches ou roses de l’arbre décor de Combray, pas ses baies. C’est sans doute parce qu’elles se signalent à la fin de l’été ou à l’automne, quand il est déjà retourné à Paris.

Ces baies-là, je les ai cueillies ce matin avec mon objectif lors d’une matinale balade du côté de la Grève.

(Photos PL)

… plus colorées encore que les épines si chères à l’enfant.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Eh bien la baie”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Et si utiles aux petits passereaux, qui y trouvent matière à s’approvisionner avant les froids…

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et