Un livre pour se souvenir d’une madeleine

Un livre pour se souvenir d’une madeleine

 

Ce bon jeune homme ébouriffé (à droite) s’appelle Clément Bénech…

 

Il est sans doute le premier proustien rencontré à Illiers-Combray.

C’était le 4 mai 2013 — jour de la photo — et Violette (à gauche) et moi, nous nous étions arrivés depuis deux mois à peine, avec chat et chien.

Si je me souviens si bien de la date, c’est que c’était le jour d’une improbable cérémonie à l’Office de Tourisme du Pays de Combray (dont je deviendrai le président).

 

Dans une tenue pas moins improbable, un jury de personnalités honorables décerna le prix à un pâtissier du cru.

 

En guise de public, nous étions quatre ! Clément et une jeune amie, Violette et moi. Lui venait de publier son premier roman, L’Été slovène, déjà chez Flammarion, comme le deuxième, Lève-toi et charme. Proust était la raison de son passage au pays de Léonie. Moi, je n’avais pas encore tracé ma voie bloguienne. Nous n’échangeâmes que brièvement, mais c’est en mémoire de cette fugace rencontre que j’ai hier acheté son troisième livre.

(Photos PL)

 

Clément, je suis votre carrière avec toute ma fidélité proustienne.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Un livre pour se souvenir d’une madeleine”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. J’ai beaucoup aimé les deux premiers romans de ce jeune auteur. Je le suis aussi avec attention 😉

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et