Maudit étage

Maudit étage

 

Georges Eugène Haussmann (1809-1891) a été préfet de la Seine.

 

Il est aujourd’hui boulevard de la Capitale…

Boulevard Haussmann, par Antoine Blanchard

 

… et immeuble.

 

Le haut-fonctionnaire reçoit de Napoléon III la mission d’assainir et embellir Paris. Avant lui, les rues y sont encore sombres, étroites et insalubres et les maisons ne paient pas plus de mine.

(Photos Charles Marville)

 

Un étage, en particulier, illustre des installations peu reluisantes — le cinquième.

 

*[Swann] avait la même considération — à un degré d’identité qu’ils n’auraient pu croire — pour des petits bourgeois qui faisaient danser au cinquième étage d’un escalier D, palier à gauche, que pour la princesse de Parme qui donnait les plus belles fêtes de Paris ; I

*[Swann] Comme il eût volontiers élu domicile à jamais au cinquième étage de telle maison sordide et enviée où Odette ne l’emmenait pas, et où, s’il y avait habité avec la petite couturière retirée dont il eût volontiers fait semblant d’être l’amant, il aurait presque chaque jour reçu sa visite. Dans ces quartiers presque populaires, quelle existence modeste, abjecte, mais douce, mais nourrie de calme et de bonheur, il eût accepté de vivre indéfiniment. I

*Ah ! avec quelle joie au contraire il eût grimpé les étages noirs, mal odorants et casse-cou de la petite couturière retirée, dans le « cinquième » de laquelle il aurait été si heureux de payer plus cher qu’une avant-scène hebdomadaire à l’Opéra le droit de passer la soirée quand Odette y venait et même les autres jours pour pouvoir parler d’elle, vivre avec les gens qu’elle avait l’habitude de voir quand il n’était pas là et qui à cause de cela lui paraissaient recéler, de la vie de sa maîtresse, quelque chose de plus réel, de plus inaccessible et de plus mystérieux. Tandis que dans cet escalier pestilentiel et désiré de l’ancienne couturière, comme il n’y en avait pas un second pour le service, on voyait le soir devant chaque porte une boîte au lait vide et sale préparée sur le paillasson, I

*[Brichot] Mme Verdurin, qui « veillait au grain », et d’ailleurs, en ayant pris l’habitude dans l’intérêt de son salon, avait fini par trouver un plaisir désintéressé dans ce genre de drames et d’exécutions, l’avait irrémédiablement brouillé avec la personne dangereuse, sachant, comme elle le disait, « mettre bon ordre à tout » et « porter le fer rouge dans la plaie ». Cela lui avait été d’autant plus aisé pour l’une des personnes dangereuses que c’était simplement la blanchisseuse de Brichot, et Mme Verdurin, ayant ses petites entrées dans le cinquième du professeur, écarlate d’orgueil quand elle daignait monter ses étages, n’avait eu qu’à mettre à la porte cette femme de rien. « Comment, avait dit la Patronne à Brichot, une femme comme moi vous fait l’honneur de venir chez vous, et vous recevez une telle créature ? » IV

 

Dans l’immeuble haussmannien, le cinquième est bourgeois sans être noble comme le deuxième.

 

État des lieux :

La façade est construite en pierre de taille (matériau noble).

 

Le rez-de-chaussée haut de plafond peut abriter des commerces.

Le premier étage – dénommé « entresol » – sert de logement des magasins ou le stockage des marchandises (pas de commerce dans les immeubles de grande bourgeoisie). Cet étage à la hauteur de plafond réduite s’explique par la nécessité de faire rentrer des voitures à chevaux par les portes cochères qui s’ouvrent sur les deux premiers niveaux.

 

Le deuxième étage « noble » a droit à des balcons et des encadrements de fenêtres plus riches. À cette époque, l’ascenseur civil n’existe pas encore. Les riches ne peuvent pas monter à pieds plus haut.

Les troisième et quatrième étages plus classiques, ont des encadrements de fenêtre moins riches. Des balcons individuels peuvent apparaître à la fin de la période haussmannienne à la suite de nouvelles réglementations.

Le cinquième étage n’est pas « noble », mais dispose d’un balcon filant dans un souci d’équilibre dans l’esthétisme de la façade. Si chaque étage ne comporte qu’un appartement, celui-ci peut être composé de deux.

Le toit mansardé permet de gagner un étage pour des combles aménageables ou des chambres pour les domestiques — les fameuses « chambres de bonnes ».

 

Dans le style d’Haussmann, la gradation esthétique des immeubles est parallèle à la gradation sociale. Plus on monte en étage, plus les décorations sont sobres et les hauteurs de plafonds moins importantes.

 

Après lui, c’est le règne de la ligne droite, le « culte de l’axe ». Pour les habitations, des règlements imposent des normes très strictes quant au gabarit et à l’ordonnancement des maisons. L’immeuble de rapport et l’hôtel particulier s’imposent comme modèles de référence. Les immeubles se ressemblent tous : c’est l’esthétique du rationnel.

 

Les Parisiens de Proust évoluent dans ce décor. L’écrivain cite d’ailleurs celui qui restera comme « le baron Haussmann » :

[La grand’tante du Héros :] On peut dire que vous êtes un vrai type, Monsieur Swann ! » Comme elle était la seule personne un peu vulgaire de notre famille, elle avait soin de faire remarquer aux étrangers, quand on parlait de Swann, qu’il aurait pu, s’il avait voulu, habiter boulevard Haussmann ou avenue de l’Opéra, qu’il était le fils de M. Swann qui avait dû lui laisser quatre ou cinq millions, mais que c’était sa fantaisie. I

*d’autres éléments de nature qui n’existaient pas jusque-là à Paris faisaient croire qu’on venait, descendant du train, d’arriver pour les vacances, en pleine campagne : par exemple le contraste de lumière et d’ombre qu’on avait à côté de soi par terre les soirs de clair de lune. Celui-ci donnait de ces effets que les villes ne connaissent pas, même en plein hiver ; ses rayons s’étalaient sur la neige qu’aucun travailleur ne déblayait plus, boulevard Haussmann, comme ils eussent fait sur un glacier des Alpes. VII

 

Emporté par mon élan, je ne puis laisser sous silences les autres étages parisiens de la Recherche. Visite demain.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et