Le Point du Jour à Illiers-Combray

Le Point du Jour à Illiers-Combray

 

Il n’y a pas de point du jour dans À la recherche du temps perdu… Il n’y a pas de Proust dans Le point du Jour. Et c’est très bien comme ça.

 

Cet établissement est le cinquième où l’on peut manger à Illiers-Combray. Tous les autres font peu ou prou référence à l’écrivain, avec plus ou moins de succès. Lui non, car il n’a aucune prétention. Il se veut seulement accueillant et nourrissant.

 

Pourquoi n’en ai-je jamais vraiment parlé à la différence des Aubépines, de la Toscane, de la Madeleine d’Illiers ou du Saint-Hilaire (pas toujours pour complimenter) ? Peut-être parce que c’est au-delà du pont de la route vers Brou, hors du centre bourg ?

J’y ai quelques fois pris un café, remarqué la gentillesse de la patronne (Rebecca, je crois) mais comme aucun élément ne cherchait à connecter les lieux avec Proust, je l’ai négligé. J’avais tort.

Loin de moi l’idée d’inviter les Proustiens militants à venir s’y restaurer, mais, à l’image des « routiers » d’antan, Le Point du Jour est une table aimable qui attire les travailleurs des alentours et qui a ses habitués.

 

On y mange simplement mais pas à la bonne franquette. C’est une brasserie (mais aussi un bar tabac PMU). Et, ma foi, déjeuner près du Pré Catelan tout en se reposant de Proust, ça peut avoir son charme (menu unique à 13 €, vin et café compris).

Le buffet d’entrées

Le plat du jour, hier

Ma note pour deux, incroyable rapport qualité-prix (photos PL)

 

À Illiers-Combray, il est difficile de trouver la juste attitude. Venus du monde entier, les passionnés de Marcel Proust aimeraient sûrement trouver des tables gourmandes, un salon de thé, une boutique chic, des chambres de grand confort, un parcours proustien balisé, des traces judicieuses de la Recherche, des surprises…

 

L’offre actuelle est notoirement insuffisante. Il y a ceux qui se veulent à Combray, d’autres à Illiers, les derniers à Illiers-Combray. Les meilleures volontés ne peuvent pas tout s’il n’y a pas une envie partagée. Tout le reste est littérature.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

PS : Pour être complet, il est deux autres endroits où l’on sert à manger, deux « kébabs » sur la place de l’église. Mais je ne suis tenu par aucune obligation…

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Le Point du Jour à Illiers-Combray”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Surtout qu’on pourrait judicieusement (je pense à la désormais « Belle Epoque », où j’ai eu honte d’avoir entraîné des amis après une halte devant la maison de Tante Léonie, du temps où l’établissement s’appelait encore « le Saint-Hilaire » et où on y était accueilli fort mal, devant une chère fort triste), non pas proposer le sempiternel menu servi à Norpois (boeuf en gelée et dessert à l’ananas), mais se souvenir de la cuisine de Françoise à Combray, si bien décrite dans le livre – tel primeur choisi « parce qu’il est beau », les poulets, les asperges, etc…

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et