Intermède estival : À la recherche des sources du Loir   IV — La fausse piste de Cernay

Intermède estival : À la recherche des sources du Loir

 

IV — La fausse piste de Cernay

 

Certes, la saison n’est pas la plus propice à voir couler le Loir de sources diverses que l’été assèche.

 

Outre Saint-Éman l’officielle, mon expédition m’a permis de trouver deux autres sources signalées, à Fruncé et à Champrond.

 

Je me dois de repasser à Cernay mais en m’y arrêtant. En effet, Wikipédia écrit au détour d’un paragraphe : « Dans la tradition française, le Loir prend naissance au débouché de l’étang de Cernay, situé dans le canton d’Illiers après 1801. »

 

Sur internet, le seul étang de Cernay se trouve dans la vallée de Chevreuse. Ici, c’est la Beauce.

 

Je reprends donc la route. 11km, sur la D 23.

 

La mairie est fermée.

 

J’ai l’habitude désormais. Je ne puis compter sur l’aide d’aucun Cernéen — 88 au dernier recensement, aucun dehors lors de mon passage.

Sur le mur de la mairie, un plan ne signale aucun étang, mais un lavoir au Point du Jour.

 

C’est tout petit et je ne suis pas sûr que sa plage…

… puisse attirer beaucoup de baigneurs.

 

Plus sérieusement, il y a une liaison avec un lit — naturellement à sec —, mais de source point.

 

À la mairie d’Illiers-Combray, le brigadier-chef principal de la Police municipale apporte sa contribution en montrant sur sa carte d’état-major les étangs les plus proches de Cernay.

 

Ils sont à Villebon. Le lieu est connu des Proustiens qui n’ignorent pas que le château a inspiré l’écrivain pour celui des Guermantes. Villebon, qui a appartenu à Maximilien de Béthune, duc de Sully — le ministre de Henry IV auteur de la célèbre phrase que tous les écoliers apprenaient : « Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France ».

J’y suis d’abord allé voir. Des deux côtés de la D 128, on voit clairement deux étangs.

(Photos PL)

 

J’ai donc sollicité l’actuel propriétaire, l’excellent Jean de la Raudière qui m’a répondu qu’il y a « effectivement beaucoup de sources de Loir qui, de mémoire, avaient fait l’objet de polémiques dans le pays jusqu’à ce que l’on décrète que Saint-Éman en est LA source. » Il m’a confirmé une querelle entre Sully et les moines de Thiron-Gardais — source de la Thironne — dont la digue des étangs aurait lâchée. Les poissons se seraient retrouvés dans les étangs du grand ministre. À la suite de vives discussions, les hommes de Dieu, pour se venger, auraient bouché les sources du Loir alimentant les étangs de Sully. Le châtelain de Villebon conclut que ses étangs n’en sont pas moins « toujours en eau… »

 

La piste est passionnante mais se révèle fausse.

 

Demain, dernière étape, comme un retour aux sources.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Intermède estival : À la recherche des sources du Loir   IV — La fausse piste de Cernay”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Enjoying ‘the search,’ as you make me feel i am sitting in the back of your convertible. 😉

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et