Proust en herbe (13)

Proust en herbe (13)

 

Trois nouvelles rédactions de collégien(ne)s d’Illiers-Combray endossant l’identité du jeune Marcel :

 

Mathilde Proy

 

Chère Mère

Aujourd’hui, je me baladais dans Illiers et sur mon chemin, j’aperçus le pré Catelan, un beau jardin avec des fleurs, la petite cabane, les beaux arbres, la haie d’Aubépines qui est jolie.

Ensuite, j’ai vu l’église, elle est très grande, elle a des beaux vitraux de couleurs. Il y a aussi l’internat, c’est une grande école avec plusieurs classes et plusieurs chambres et ils ont aussi une très grande cour. J’ai continué ma route et j’ai aperçu le train qui passait dans plusieurs villes ou villages. Dans la maison de tante Elisabeth, il y a l’escalier qui me sépare de ton baiser, il y a la souillarde, c’est l’arrière cuisine de la maison. Je me disais, que j’écrirais bien un livre sur cet endroit.

Je parlerais de tout ce que j’ai vu et je décrirais à chaque fois les différents éléments. Je parlerais de la chambre de tante Elisabeth et aussi la madeleine qu’elle me donnait parfois. Je raconterais que j’aime bien lire des livres dans la salle à manger et que Françoise aime bien cuisiner des asperges.

Je t’embrasse,

Marcel

 

 

Elisa Rey

 

Chère mère,

Bonjour mère, comment allez-vous ? Moi, de mon côté je vais bien malgré cette tragédie… Ma tante Elisabeth me manque énormément, à vous aussi je suppose. Qui m’offrira des petites madeleines moelleuses en me racontant ce qu’il a vu d’étrange par la fenêtre maintenant ? Enfin, ce qui est arrivé est arrivé. Je voulais revenir à Illiers en mémoire de ma tante, pour me changer les idées et découvrir Illiers de fond en comble, parce que je n’ai pas eu le temps de bien découvrir cette jolie ville avant mes crises d’asthme.

Je vais vous faire part de ce que j’ai redécouvert à Illiers. La maison de tante Elisabeth est magnifique, très grande, il y a des mosaïques autour des fenêtres et un marronnier dans le petit jardin. Il y a aussi un hammam.

La cuisinière, tu te rappelles Ernestine, me prépare de très bons plats. Quand je me réveille dans l’après midi, elle me prépare des viennoiseries et un bol de lait. C’est mon seul repas de la journée. Dimanche dernier elle nous a préparé plein de bonnes choses et un moelleux au chocolat. C’était délicieux !

Pas loin de la maison de ma tante se trouve le pré Catelan, créé par oncle Jules en 1850. C’est ce magnifique jardin dans lequel se trouve la haie d’aubépines que j’aime tant.

J’ai un nouveau projet… Je voudrais écrire un livre ! Ce serait un livre fictif racontant Illiers sous un autre nom, par exemple j’ai pensé qu’Elisabeth incarnerait le personnage de la tante Léonie.

Je pense à vous, à bientôt mère, je vous aime.

Votre fils, Marcel

 

 

Lucas Richard

        

Chère mère,

Je suis bien arrivé à Illiers. Je vois une ville triste sans ma tante, triste comme moi. Je voudrais décrire Illiers dans un roman, dire ce que je vois, ce que je ressens. Je vais vous donner des exemples, mère : le jardin de mon oncle, l’église Saint-Jacques d’Illiers et ses alentours. Ah, tous ces beaux endroits sous l’emprise de la tristesse des gens de la ville d’Illiers !

Ah mère, je voudrais passer du temps à vos côtés mais je vais rester avec mon oncle Jules quelque peu. Je sais que mon oncle va bien s’occuper de moi, Ne vous inquiétez pas. Je vais me balader dans Illiers et décrire les paysages que je vois. J’ai déjà des idées des endroits que je pourrais décrire. Mère, j’espère que vous comprendrez ce que je ressens en ce moment, toute cette tristesse qui m’envahit. Je vais revoir les paysages que j’aimais beaucoup admirer dans Illiers avec ma tante, lorsque je jouais avec elle, pleurais avec, elle, riais avec elle.

Maintenant il y a plus que des pleurs sans elle, que de la tristesse dans mon cœur. Je vais aider mon oncle à tenir le choc émotionnel qu’il a subi. Je ne vais pas manquer de dormir dans son magnifique lit pour penser à elle à chaque instant. Je voudrais être écrivain, mère, car j’adorerais écrire les moment que j’ai passés dans Illiers et vous seriez heureuse en lisant mes romans !

Je vous embrasse,

Marcel

 

 

Demain, trois autres rédactions.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et