Proust en herbe (11)

Proust en herbe (11)

 

Trois nouvelles rédactions de collégien(ne)s d’Illiers-Combray endossant l’identité du jeune Marcel :

 

Swann Moreau

 

Chère Maman,

Je t’écris cette magnifique lettre qui vient d’Illiers pour te raconter le beau paysage d’Illiers. Parlons du Pré Catelan ! C’est un magnifique jardin bordé d’arbres et de points d’eau, dans lesquels on trouve de jolis nénuphars où se posent des grenouilles ou des crapauds. Plus haut, sur une petite colline, on trouve un cercle rempli de végétation et aux alentours on trouve des bancs pour s’asseoir.

Laisse moi maintenant te décrire l’église St Jacques. C’est une très belle église qui se situe sur la place d’Illiers. La maison de tante Elisabeth est toujours aussi belle, d’ailleurs elle me manque beaucoup. Illiers devient magnifique. Il y a de plus en plus de commerces. La boulangerie où tante Elisabeth achetait ses madeleines est toujours ouverte, d’ailleurs leurs madeleines sont tellement bonnes que j’irai m’en acheter demain ! Ces quelques jours passés à Illiers ont été magnifiques, j’ai revu plein de gens que je côtoyais étant petit. J’ai peur néanmoins que ce soit la dernière fois que je me rende à Illiers. Je me suis rappelé de ma première crise d’asthme dans ce petit jardin. Le rêve se brisera un jour et je ne le verrai plus.

Ton cher Fils qui t’aime,

Marcel

 

 

Laëtitia Nadaus

 

Chère Maman,

Je suis revenu dans les rues d’Illiers me promener, suite à la mort de tante Elisabeth. Dans ce si joli village je peux voir des oiseaux, mais aussi les entendre. Je les entends piailler à travers le village ainsi que dans un merveilleux jardin fleuri, là où les arbres ne manquent pas avec des ponts et des points d’eau. Je mangeai une madeleine et je revis cette intensité, ce goût et ce bonheur, je revins en enfance ! J’ai en tête l’idée d’écrire quelques livres.

A bientôt !

Marcel

 

 

Robin Ollitraut

 

Chère Mère,

Je vous fais parvenir cette lettre pour vous faire part de quelques idées qui me sont venues.

Ce Samedi 6 septembre, je me baladais dans les rues, quand m’est venue l’idée de mon futur métier. Ce serait écrivain.

Dans ces rues, je m’imagine plusieurs histoires sur Illiers et notre entourage. Je me vois décrire ces fameux endroits d’Illiers comme la place de l’Eglise avec cette grande et somptueuse église, et aussi l’épicerie et la blanchisserie. Il y aurait aussi le Pré Catelan, créé par mon oncle, où se trouvent quelques petites structures, des arbres ; à côté, coule aussi Le Loir. Et enfin, je me souviens les jours où je me baladais avec ma tante Elisabeth au bord des lavoirs, à côté du petit jardin.

Pour mon projet d’écriture de livres, j’aimerais écrire une dizaine de livres, qui raconteraient la ville de Illiers. Je parlerais aussi de notre voisinage, de notre famille et bien plus encore.

Je vous embrasse.

A bientôt, votre fils.

Marcel

 

 

Demain, trois autres rédactions.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et