Le plus serviable des hommes

Le plus serviable des hommes

 

Canicule ou pas, la promenade matinale est sacrée… Et comme tous les jours depuis plusieurs semaines, ma chère et tendre se désole que les nénuphars du Loir poussent trop loin du bord pour que leurs fleurs puissent être cueillies.

 

Mais hier, nous avons vu un homme marcher dans la rivière ! C’était un employé de la mairie, croisé souvent car il est de l’équipe chargée de l’entretien des fleurs municipales, en mission dans l’eau avec sa combinaison étanche.

 

Violette lui a demandé s’il voulait bien lui rapporter une fleur de nénuphar. Il lui en a offert quatre ! C’est ce qui s’appelle être obligeant, être serviable, à l’image du marquis de Norpois quand il rend service, mais sans la duplicité du diplomate.

*Parmi les hommes qui m’ont paru pratiquer avec le plus de suite le système des fins multiples, se trouve M. de Norpois. Il acceptait quelquefois de s’entremettre entre deux amis brouillés, et cela faisait qu’on l’appelait le plus obligeant des hommes. Mais il ne lui suffisait pas d’avoir l’air de rendre service à celui qui était venu le solliciter, il présentait à l’autre la démarche qu’il faisait auprès de lui, comme entreprise non à la requête du premier, mais dans l’intérêt du second, ce qu’il persuadait facilement à un interlocuteur suggestionné d’avance par l’idée qu’il avait devant lui « le plus serviable des hommes ». De cette façon, jouant sur les deux tableaux, faisant ce qu’on appelle en termes de coulisse de la contre-partie, il ne laissait jamais courir aucun risque à son influence, et les services qu’il rendait ne constituaient pas une aliénation, mais une fructification d’une partie de son crédit. D’autre part, chaque service, semblant doublement rendu, augmentait d’autant plus sa réputation d’ami serviable, et encore d’ami serviable avec efficacité, qui ne donne pas des coups d’épée dans l’eau, dont toutes les démarches portent, ce que démontrait la reconnaissance des deux intéressés. Cette duplicité dans l’obligeance était, et avec des démentis comme en toute créature humaine, une partie importante du caractère de M. de Norpois. Et souvent au ministère, il se servit de mon père, lequel était assez naïf, en lui faisant croire qu’il le servait. II

 

(Photos PL)

N’est-il pas splendide le bouquet dû à l’obligeance d’un aimable employé municipal d’Illiers-Combray ?

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Le plus serviable des hommes”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Proust écrivait nénufar.

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et