Bustes en folie

Bustes en folie

 

On ne sait plus où donner de la tête… La place va-t-elle manquer pour installer tous les bustes de Marcel Proust en préparation ?

 

Dimanche prochain, Illiers-Combray va voir l’inauguration de l’officiel commandé à la sculptrice Ybah.

Mais la veille, samedi 24, trois autres bustes seront exposés dans la commune. Ils ont été exécutés par un potier qui a voulu célébrer aussi l’écrivain.

Notre artiste s’appelle Pierre Bellanger. Ancien instituteur, il a posé ses fours aux Corvées-les-YYs (savourez les deux y !), à une douzaine de kilomètres de chez tante Léonie.

Mes antennes m’ayant signalé son projet, je m’y suis précipité chez lui et il a bien voulu me les présenter :

La première œuvre est, en réalité, une tête en porcelaine. La deuxième a, comme elle, été tournée mais elle est en terre, en argile, en grès de saint-Amand pour être précis. La troisième a été sculptée — et pour mieux saisir la main de Marcel, le potier s’est d’abord essayé à une main.

 

Toutes ces représentations de Proust, encore crues, doivent maintenant passer au four où elles vont passer 14 h à des températures atteignant les 1 280°. Restera à les émailler avant présentation au public.

L’artiste et son modèle :

(Photos PL)

 

Quant au buste d’Ybah (celui du 25 juin), il attend toujours d’être désemmailloté. Mais il ne pourra pas davantage être étreint, chéri par les admirateurs de l’auteur d’À la recherche du temps perdu. Partisan d’une statue grandeur nature et à hauteur d’homme d’un Proust enfant (projet, comme on sait, condamné), j’ai pourtant essayé d’exprimer mon attachement :

(Photos VL)

 

Non, décidément, ça ne marche pas !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : Il n’y a pas de « potier » dans la Recherche, mais cinq fois… « compotier » :

*le directeur [du Grand-Hôtel] malgré la jalousie de ses compotiers dédaignés, m’avait dit : « Je suis comme vous, je suis plus frivole de fruit que de tout autre dessert. » II

*l’altération des prunes qui passent du vert au bleu et du bleu à l’or dans le compotier déjà à demi dépouillé II

* Mme de Villeparisis sonna et un valet de pied vint essuyer le tapis et ramasser les morceaux de verre. Elle invita les deux jeunes gens à sa matinée ainsi que la duchesse de Guermantes à qui elle recommanda :

— Pense à dire à Gisèle et à Berthe (les duchesses d’Auberjon et de Portefin) d’être là un peu avant deux heures pour m’aider, comme elle aurait dit à des maîtres d’hôtel extras d’arriver d’avance pour faire les compotiers. III

*compotiers de fruits des soupers que nous nous rappelons V

* l’odeur du compotier de cerises et d’abricots V

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Bustes en folie”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Patrice, interesting expressions! And three of them…how fortunate for all Proustians!

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et