Quand la Sampac oublie sa parole

Quand la Sampac oublie sa parole

 

Il y a des choses plus graves dans la vie, mais la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray (Sampac) m’a contrarié.

 

Fin mars, je reçois un courriel de sa secrétaire générale, l’excellente Mireille Naturel : « Vous autorisez-nous à utiliser votre très belle photographie de la Maison de tante Léonie la nuit pour l’annonce de la Nuit des musées ? »

 

La photo, la voici :

 

Mon accord a été immédiat, avec la précision que, naturellement, c’était à titre gracieux. Je n’exigeais que l’attribution du cliché à son auteur, ce qu’on appelle le crédit photo.

 

Résultat, sur la page gouvernementale de la Nuit des musées :

Légende : Musée-maison d’écrivain, connu sous le nom de musée Marcel Proust-Maison de tante Léonie. Cette maison était celle de Jules et Elisabeth Amiot, l’oncle et la tante paternelle du futur auteur d’À là recherche du temps perdu. Marcel Proust (1871 – 1922) y passa ses vacances entre six et neuf ans. Ses séjours lui laisseront un souvenir puissant dont il se servira pour édifier une partie de son œuvre. La maison où fut dégustée la célèbre madeleine.
http://perso.wanadoo.fr/marcelproust/maison_tante_leonie.htm

 

De Patrice Louis, point. J’ai donc envoyé un courriel à la papesse de la Sampac :

« Madame la Secrétaire générale, chère Mireille Naturel,

Vous m’avez demandé d’utiliser ce que vous avez appelé ma « très belle photographie de la Maison de tante Léonie la nuit » pour l’annonce de la Nuit européenne des musées.

Je vous ai répondu favorablement en précisant que je ne souhaitais naturellement aucun paiement autre que le nom de l’auteur sous la photo.

Or, elle a bien été publiée dans la page gouvernementale consacrée à l’événement légendée d’un texte renvoyant à votre site mais sans copyright, ce qui la rend de facto anonyme et libre de droits. Je regrette que vous n’ayez pas tenu votre parole.

Je profite de ce courriel pour vous demander les règles que la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray (Sampac) met pour des photographies et des tournages de reportages dans la Maison de tante Léonie sachant qu’un pannonceau indique qu’il n’est pas autorisé de photographier. »

 

Ce pannonceau, en fait est une affichette encadrée comme une toile de maitre qui accueille les visiteurs de ma Maison de tante Léonie.

 

Sur ses propres intérêts, eux financiers, la Sampac veille bien. Les Proustiens qui font le voyage d’Illiers-Combray et qui s’étonnent ou se désolent de cet interdit ont droit à un avertissement : s’ils prennent des photos, ils risquent gros, des centaines d’euros. Succès garanti.

 

En attendant, le Musée Marcel Proust n’a pas punaisé la « très belle photo » sur sa porte mais l’affiche nationale. Comprenne qui pourra.

(Photos PL)

 

Voilà. Alors, oui, je suis chagriné. Je n’en serai pas moins au rendez-vous de cette nuit-là, à la fin de la Journée des Aubépines, samedi prochain, que je ne manquerais sous aucun prétexte.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

4 comments to “Quand la Sampac oublie sa parole”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Je suis sûre que Mireille Naturel fera le nécessaire pour réparer la « bourde » ; car je pense qu’il ne faut rien voir d’intentionnel là-dedans, mais une simple erreur. C’est juste que le déluge d’images dans lequel nous baignons journellement va jsuqu’à oblitérer la notion de « droit d’auteur ».

    Pour vous consoler, cher Patrice, pensez à la cruauté du sort d’Alberto Korda, l’auteur du célébrissime portrait du « guerillero heroïco », le Che Guevara : lui, ce n’est pas « moralement » qu’il a été lésé – mais bien financièrement, puisqu’il n’a pas touché un seul sou de droit d’auteur sur ce cliché décliné des millions de fois (il a dû attendre 1990 !)…

    Et à ce sujet, connait-on l’auteur du plus célèbre portrait photographique de Marcel Proust, où la main soutient une tête rêveuse avec une nonchalance dans la pose que contredisent les yeux agrandis sous les paupières tombantes ?

  2. Thank’s a lot, Marcelita, but it is not. I think of a photo more famous…

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et