Quand la nature ne cesse de se révéler

Quand la nature ne cesse de se révéler

 

Depuis des mois, avec ma chère et tendre et le chien sur nos talons, nous nous promenons chaque matin autour du Loir. Hors les changements de saison, nous pensions connaître chaque recoin de la balade.

Coup sur coup, sur la Grève, deux spectacles inédits se sont offerts à notre vue.

 

Un étonnant arbre à trois troncs…

 

… et une vigne dépassant du mur d’un potager.

 

Nous ne les avions jamais remarqués.

 

Ajoutez que, près de la mare de ce potager (voir la chronique Instantanés pré-printaniers), des iris s’offrent triomphants aux regards.

 

Illiers-Combray, un délice toujours nouveau pour les yeux.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : Jaloux de n’être pas de la sortie, le chaton tient à marquer la rédaction de cette chronique de sa présence.

(Photos PL)

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et