Proust en herbe (5)

Proust en herbe (5)

 

Trois nouvelles rédactions de collégien(ne)s d’Illiers-Combray endossant l’identité du jeune Marcel :

 

 

Evan Delalonde

 

Chère Mère,

Je suis maintenant à Illiers, j’ai visité les rues, j’ai vu de très belles maisons en pierre et un magnifique Centre-Ville, avec de belles calèches.

Je suis aussi allé au pré Catelan, un endroit calme, paradisiaque, avec ses beaux points d’eau et ses ponts, et la belle haie des aubépines, j’ai pu m’y reposer et écrire quelque chose sur mon carnet de notes.

J’aimerais aussi me lancer dans l’écriture de roman, j’ai plein d’idées, et c’est mon plus grand rêve que de devenir romancier.

Il y a aussi une très belle Eglise avec de très jolis vitraux.

Marcel

 

 

Corentin Deschamps

 

Chère mère,

Le décès de ma tante m’attriste beaucoup. Je suis retourné dans la maison où elle vivait pour lui rendre hommage. Ils ont conservé les cendres dans sa chambre. Je me suis promené dans Illiers pour revivre tous ces bons moments.

Je vais te raconter mes aventures à Illiers. C’est magnifique tout ce que je revois ici. Tu te souviens du jardin que oncle Jules avait créé ? Cet endroit est magique, il y a un chemin pour s’y promener, une mare, des ponts, des structures orientales. Les couleurs sont très belles, cela sent très bon ; et puis il y a cette haie d’aubépines, que j’aime beaucoup (c’est sûrement la meilleure chose qui y soit !), derrière laquelle j’ai aperçu cette fille pour laquelle j’ai eu un coup de cœur. Pas loin de ce jardin, on trouve une place, où il y a des commerces, des habitations et une église ainsi que des petites cabanes juste à coté. Je retournai à la gare par laquelle je suis arrivé. Un hôtel restaurant se trouve juste a côté. Dans la rue en face, on trouve le pensionnat.

Je voulais te dire que je veux devenir écrivain afin de décrire tout ce que j’ai vu ici à Illiers. Dans un roman, j’imaginerais certains éléments tout en rendant hommage à ma tante Elisabeth et à toutes les personnes que j’ai pu rencontrer, au pré Catelan et à sa haie d’aubépines, à la place et aux habitants de cette charmante ville, mes amis, ma famille. Je passerais ma vie à écrire, c’est vraiment ce que j’ai envie de faire. Même si je ne suis pas reconnu, j’aurai fait ce que j’avais envie de faire. Maman, je reviens vite te voir, j’espère que tu accepteras mon envie d’écrire.

A bientôt, je t’aime,

Marcel

 

 

Julie Dumans

 

Ma très chère mère,

En ce jour de septembre, je suis sorti me promener pour me rappeler quelques souvenirs et quelques beaux endroits d’Illiers, comme le Pré Catelan : ce beau jardin qui appartient à mon oncle où l’on peut s’évader et repenser à tous nos beaux souvenirs et tous ces moments passés en famille. Ou même la grande place de l’Église si spacieuse et simple, où l’on peut s’y retrouver, jouer au ballon et tous nos jeux préférés.

Marcel

 

 

Demain, trois autres rédactions.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Proust en herbe (5)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Originale invention de Corentin Deschamps que celle des cendres de tante Elisabeth conservées dans sa chambre.

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et