Comme la souffrance, le plaisir est bruyant

Comme la souffrance, le plaisir est bruyant

 

Mais pourquoi tant d’émotion sans que personne ne songe à vérifier s’il n’y a pas un écho dans l’œuvre de Proust à la lettre de l’écrivain mise en vente aujourd’hui à l’hôtel Drouot ?

L’information circule pourtant dans tous les sens : en juillet 1919, Marcel Proust écrit à Jacques Porel, le fils de l’actrice Réjane à qui il sous-loue un appartement au 8 bis rue Laurent-Pichat.

Il s’y plaint des bruyants ébats amoureux de ses voisins : Ils « font l’amour tous les deux jours ». « Quand je pense que pour moi cette sensation est plus faible que celle de boire un verre de bière fraîche, j’envie ces gens qui peuvent pousser des cris tels que la première fois j’ai cru à un assassinat ».

Deux ans plus tard, Gallimard publie Sodome et Gomorrhe, quatrième partie de la Recherche. On y trouve le passage, pourtant aussi célèbre que savoureux, de la rencontre entre Charlus et Jupien sous l’œil indiscret du Héros :

*Je n’osais bouger. Le palefrenier des Guermantes, profitant sans doute de leur absence, avait bien transféré dans la boutique où je me trouvais une échelle serrée jusque-là dans la remise. Et si j’y étais monté j’aurais pu ouvrir le vasistas et entendre comme si j’avais été chez Jupien même. Mais je craignais de faire du bruit. Du reste c’était inutile. Je n’eus même pas à regretter de n’être arrivé qu’au bout de quelques minutes dans ma boutique. Car d’après ce que j’entendis les premiers temps dans celle de Jupien et qui ne furent que des sons inarticulés, je suppose que peu de paroles furent prononcées. Il est vrai que ces sons étaient si violents que, s’ils n’avaient pas été toujours repris un octave plus haut par une plainte parallèle, j’aurais pu croire qu’une personne en égorgeait une autre à côté de moi et qu’ensuite le meurtrier et sa victime ressuscitée prenaient un bain pour effacer les traces du crime. J’en conclus plus tard qu’il y a une chose aussi bruyante que la souffrance, c’est le plaisir, surtout quand s’y ajoutent — à défaut de la peur d’avoir des enfants, ce qui ne pouvait être le cas ici, malgré l’exemple peu probant de la Légende dorée — des soucis immédiats de propreté. IV

 

Ici pas d’assassinat, mais un égorgement ; pas des cris, mais des sons. Dans les deux cas, un effet identique, la littérature se montrant plus forte que la correspondance dans sa conclusion : « il y a une chose aussi bruyante que la souffrance, c’est le plaisir ».

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et