Proust et les yéyés

Proust et les yéyés

 

Ah, la belle petite pépite, vintage en diable ! Jérôme Godefroy vient de m’en faire cadeau avec l’envoi de ce surréel cliché :

1289-sylvie-vartan-lit-proust

 

En 1972, Sylvie Vartan a joué l’essentiel de sa carrière de chanteuse yéyé. Elle a enregistré ses plus grands tubes — Le Locomotion, Si je chante, La plus belle pour aller danser. Elle est encore mariée à Johnny Halliday, l’idole des jeunes.

Régulièrement, elle se rend aux États-Unis. C’est sur Sunset Boulevard à Los Angeles que Jean-Marie Périer, le photographe des stars du 45-tours (et descendant de Réjane !), l’immortalise lisant Proust.

Gallimard faisant appel à une artiste de variétés pour promouvoir la Pléiade transformée en source de Jouvence (Soyez jeune), ça décoiffe !

Sylvie Vartan se souvient-elle de ce goût supposé pour la lecture un quart de siècle plus tard ? Toujours est-il qu’en 1996 elle enregistre Je n’aime encore que toi. Commençant par « De la Californie où j’ai planté ma vie », elle s’adresse à un ancien amour :

Partir pour revenir n’est pas vraiment partir

         Tu n’as qu’à dire un mot je reviens tout de go

         Enfiler mes hivers sous ton vieux pull-over

         Et réchauffer mon dos ma peau contre ta peau

         En t’écoutant tout haut me lire du Le Clézio

 

Sylvie Vartan est Bulgare de naissance, comme un personnage d’À la recherche du temps perdu, sujet d’un bref échange entre le prince de Faffenheim-Munsterburg-Weinigen et la duchesse de Guermantes :

*C’est comme le prince de Bulgarie…

— C’est notre cousin, dit la duchesse, il a de l’esprit.

— C’est le mien aussi, dit le prince. III

 

Ses mœurs homosexuelles le font plutôt pencher vers le baron de Charlus qui s’en pourlèche les babines :

*Quant au tzar des Bulgares, c’est une pure coquine, une vraie affiche mais très intelligent, un homme remarquable. Il m’aime beaucoup ». VII

 

Après « SLC, Salut Les Copains » de mon adolescence, « SLP, Salut Les Proustiens » !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et