Mais qui est Picard ?

Mais qui est Picard ?

 

La Picardie est une ancienne région de France… Ancienne, eh oui, déjà, puisque depuis cette année elle a été intégrée dans les Hauts-de-France où elle est unie au Nord et au Pas-de-Calais. Elle-même regroupe trois départements, l’Aisne, l’Oise et la Somme.

 

Elle n’est jamais nommée dans A la recherche du temps perdu mais plusieurs de ses villes le sont : Amiens (6 fois, 2 pour sa cathédrale et 4 pour faits de guerre), Beauvais (11 fois, 7 pour le tissu d’ameublement, 3 pour la ville, 1 pour son église), Chantilly (5 fois, 3 parce que c’est la résidence du duc d’Aumale et 2 pour des tableaux exposés), Compiègne (8 fois, pour son paysage (1 fois), sa forêt (3 fois), la ville (1 fois), ses hôtels (1 fois), la résidence de Napoléon III (2), Laon (2 fois, l’une parce que Mlle Swann y allait souvent, l’autre pour sa colline), Noyon (1 fois à cause de la guerre) et Senlis (1 fois pour sa pierre meulière).

 

Intéressant ? Ça se discute. En revanche, il est fort troublant que deux personnages féminins soient présentées comme Picardes : la duchesse de Guermantes et Albertine. Pour la première, c’est plus précis puisqu’Odette la croit de l’Aisneet que le Héros évoque à propos de sa demeure la colline de Laon. Pour la seconde, c’est on ne peut plus bref, le Héros la qualifiant de jeune Picarde sans que rien ne l’annonce, l’explique ou le précise.

 

Ou alors, quelque chose m’a échappé !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

Les extraits :

*En tous cas l’ignorance d’Odette en matière mondaine était telle que si le nom de la princesse de Guermantes venait dans la conversation après celui de la duchesse, sa cousine : « Tiens, ceux-là sont princes, ils ont donc monté en grade, disait Odette. » Si quelqu’un disait : « le prince » en parlant du duc de Chartres, elle rectifiait : « Le duc, il est duc de Chartres et non prince. » Pour le duc d’Orléans, fils du comte de Paris : « C’est drôle, le fils est plus que le père », tout en ajoutant, comme elle était anglomane : « On s’y embrouille dans ces « Royalties » ; et à une personne qui lui demandait de quelle province étaient les Guermantes, elle répondit : « de l’Aisne ». II

 

*Arrivée à la porte, étonnée que je ne l’eusse pas devancée, elle me tendit sa joue, trouvant qu’il n’y avait nul besoin d’un grossier désir physique pour que maintenant nous nous embrassions. Comme les courtes relations que nous avions eues tout à l’heure ensemble étaient de celles auxquelles conduisent parfois une intimité absolue et un choix du cœur, Albertine avait cru devoir improviser et ajouter momentanément aux baisers que nous avions échangés sur mon lit, le sentiment dont ils eussent été le signe pour un chevalier et sa dame tels que pouvait les concevoir un jongleur gothique.

Quand m’eut quitté la jeune Picarde, qu’aurait pu sculpter à son porche l’imagier de Saint-André-des-Champs, Françoise m’apporta une lettre qui me remplit de joie, car elle était de Mme de Stermaria, laquelle acceptait à dîner pour mercredi. III

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et