Retour sur Dylan Nobel (et pas Proust)

Retour sur Dylan Nobel (et pas Proust)

 

L’émotion n’est pas retombée chez les amoureux des belles lettres après l’attribution du plus prestigieux prix planétaire au chanteur américain… Certains s’en sont réjouis (j’en suis), d’autres (pas que des pisse-froid ou des pète-sec) s’en sont désolés.

Pour tempérer leur amertume, ils ont listé les littérateurs de génie que l’académie suédoise a ratés. Ainsi, un article de RFI écrivait : « Le prix Nobel compte aussi ses grands oubliés dont les principaux ont pour nom » … et au milieu d’une liste, Marcel Proust apparaît.

 

À trop vouloir prouver, on frôle le ridicule : quand il s’éteint, en novembre 1922, l’écrivain n’a publié ni La Prisonnière, ni La Fugitive, ni Le Temps retrouvé. Quant à Sodome et Gomorrhe, il est sorti sept mois avant sa mort. Certes, les trois autres tomes de la Recherche ont été précédés par Les Plaisirs et les Jours mais cet ouvrage mérite-il vraiment le Nobel ?

 

Voyons la liste des lauréats de l’époque : 1918 : non attribué ; 1919 : Carl Spitteler, suisse (« Brichot […] exaltait le roman d’un Suisse où sont raillés comme semence de militarisme, deux enfants tombant d’une admiration symbolique, à la vue d’un dragon ») ; 1920 : Knut Hamsun, norvégien ; 1921 : Anatole France, français (« un enchanteur », selon Legrandin et inspiration pour Bergotte, type du « grand écrivain ») ; 1922 : Jacinto Benavente, espagnol.

 

Quitte à fustiger des fautifs, épinglons aussi Bernard Pivot qui n’a jamais invité Proust sur son plateau télé. Dénonçons Voltaire et Hugo qui ne l’ont jamais vanté. Et qu’on ne m’objecte pas que Marcel est un tout petit peu responsable de l’injustice dont il aurait été la victime en mourant prématurément — c’est trop facile.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Retour sur Dylan Nobel (et pas Proust)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Je fais partie de ceux qui, bien qu’admirant et écoutant Bob Dylan, trouvent que l’attribution du prix Nobel de « littérature » est ainsi dévoyée… Quand on songe surtout à tous ces formidables auteurs américains, dont Philip Roth, qui sont injustement écartés du Nobel (car il paraît que l’académie est quelque peu anti-américaine primaire…)

    Bon, d’un autre côté, comme le nom de Dylan est universellement connu, sa gloire rejaillira un peu, sans doute, sur les obscurs jurés suédois !

    (mais cela fait des années que je m’étrangle en pensant à l’injustice faite à Philip Roth. Je ne suis d’ailleurs pas la seule ! Je suis sûre que Dylan lui-même est gêné aux entournures…)

  2. Je suis assez d’accord avec Clopine.
    Pas Roth et autre nobélisables américains qui se sont félicités de l’honneur fait à Dylan, peut-être par patriotisme, peut-être pour ne pas indisposer les jurés du Nobel?
    Il me semble que les favorables sont plutôt de gauche et les défavorables de droite, et aussi que les pour sont plutôt anglophones et les contre plutôt non anglophones.
    Je me pose aussi une question: si Debussy avait écrit lui-même le livret de Pelleas, lui aurait on attribué le Nobel de littérature?

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et