Pourquoi stopper l’Internationale proustienne (en photos) ?

Pourquoi stopper l’Internationale proustienne (en photos) ?

 

Sans tambour ni trompette mais non sans fierté, j’ai publié hier le 100e épisode. L’idée, aussi magique que simple, est d’exposer un autocollant à la gloire de Proust sur n’importe quel lieu de la planète, de le photographier et de me l’adresser (patricelouis.pl@gmail.com) pour que je le publie ici.

Avant-hier, Marcelita Swann invitait sur Facebook à poursuivre l’expérience.

Certes, je n’ai plus d’autocollants, mais

1) ceux qui en ont peuvent les faire circuler ;

2) voici l’original qu’il suffit d’imprimer pour entrer ainsi dans cette originale Internationale proustienne.

autocollant-_jaime-le-pays-de-combray

 

Sans que cela préjuge de la nationalité des photographes, le cliché a été pris 57 fois en France (dont une en Guyane) ; 18 fois aux USA ; 3 fois au Bénin, en Grande-Bretagne, en Italie et en Suède ; 2 fois en Allemagne, en Belgique, au Canada, en Chine, en Espagne et en Inde ; 1 fois en Afrique du Sud, en Argentine, en Australie, au Brésil, au Chili, en Côte d’Ivoire, à Cuba, à Dubaï, en Finlande, en Grèce, en Irak, au Japon, au Maroc, au Nigeria, en Nouvelle-Zélande, au Panama, en Pologne, en Thaïlande et au Togo.

 

Ainsi, tous les continents l’ont vu.

1203-carte

Quel sera le prochain (ou la prochaine) à entrer dans la danse ? La Terre est vaste et les Proustien(ne)s partout.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Pourquoi stopper l’Internationale proustienne (en photos) ?”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. IL FAUT CONTINUER, et peut-être suggérer aux nombreux admirateurs du fou de Proust de proposer un dessin de l’année, un peu comme les étiquettes de Mouton Rothschild ?

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et