La Fadette et la duchesse

La Fadette et la duchesse

 

Deux personnages d’À la recherche du temps perdu m’ont reçu à leur table…

Ce sont deux dames. L’une est importante, l’autre incidente.

 

« La Petite Fadette » :

01 Petite Fadette

L’auberge est à l’entrée du Domaine Georges Sand, à Nohant-Vic.

 

« La duchesse de Dino » :

02 Duchesse de Dino

Le restaurant est à la sortie du château de Talleyrand à Valençay.

 

L’Indre, où tous deux se situent, est le cœur du Berry où je viens de passer deux jours.

03 En-têtes

 

Les deux établissements m’ont séduit parce que le premier désigne une héroïne au cœur des premiers émois littéraires du Héros de Proust dans Du côté de chez Swann et que la seconde est citée dans Le Temps retrouvé.

Ils sont à front renversé : le personnage populaire fictif donne son nom à un restaurant qui se veut huppé (les prix de sa carte des vins sont démesurés) ; la réelle compagne de Talleyrand offre le sien à un sympathique bistro.

 

Tandis que George Sand est nommée onze fois et Talleyrand sept, la Petite Fadette, « roman champêtre », l’est deux fois et la duchesse une :

* maman alla chercher un paquet de livres dont je ne pus deviner, à travers le papier qui les enveloppait, que la taille courte et large, mais qui, sous ce premier aspect, pourtant sommaire et voilé, éclipsaient déjà la boîte à couleurs du Jour de l’An et les vers à soie de l’an dernier. C’était la Mare au Diable, François le Champi, la Petite Fadette et les Maîtres Sonneurs. I

* Toute la sève locale qu’il y a dans les vieilles familles aristocratiques ne suffit pas, il faut qu’il y naisse un être assez intelligent pour ne pas la dédaigner, pour ne pas l’effacer sous le vernis mondain. Mme de Guermantes, malheureusement spirituelle et Parisienne et qui, quand je la connus, ne gardait plus de son terroir que l’accent, avait, du moins, quand elle voulait peindre sa vie de jeune fille, trouvé, pour son langage (entre ce qui eût semblé trop involontairement provincial, ou au contraire artificiellement lettré), un de ces compromis qui font l’agrément de la Petite Fadette de George Sand ou de certaines légendes rapportées par Chateaubriand dans les Mémoires d’outre-tombe. V

*[À la matinée de la princesse de Guermantes II:] « J’ai même pu voir, quand j’étais jeune fille, ajouta Mme de Guermantes, la duchesse de Dino. Dame, vous savez que je n’ai plus vingt-cinq ans ». Ces derniers mots me fâchèrent : « Elle ne devrait pas dire cela, ce serait bon pour une vieille femme. » Et aussitôt je pensai qu’en effet elle était une vieille femme. VII

 

Avec ma chère et tendre qui m’accompagnait…

04 Violette chez la Petite fadette

… ici dans l’Auberge présomptueuse, nous sommes donc allé à la rencontre de George et de Charles-Maurice.

 

Dans leurs deux domiciles, la cuisine est vantée aux visiteurs avec leurs imposantes cuisinières :

Nohant

Nohant

Valençay

Valençay

 

Chez George Sand, j’ai pensé à Proust avec cette barrière blanche au bout d’une allée :

07 Jardin GS, barrière blanche

 

Chez Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, prince de Bénévent, j’ai été particulièrement sensible à deux pièces où Dorothée de Courlande a vécu :

Le salon bleu :

08 Salon bleu, Valençay

 

Sa chambre :

(Photos PL)

(Photos PL)

 

La belle dame a d’abord été l’épouse d’Edmond de Périgord, neveu de Talleyrand, avant de s’en séparer et de devenir la maîtresse de son oncle Charles-Maurice. Elle est la mère de plusieurs enfants dont Pauline de Castellane, de Louis-Napoléon, filleul de Napoléon, qui prend le titre de prince de Sagan et la grand’mère de Boson de Talleyrand-Périgord, prince de Sagan. Elle porte les titres de comtesse de Périgord en 1809, duchesse de Dino (île au large de la Calabre) en 1817, duchesse de Talleyrand en 1838, duchesse de Sagan (en Silésie) en 1845.

 

Tant de noms familiers aux lecteurs de la Recherche !
Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et