Débusquer le busc

Débusquer le busc

 

Voici un hapax qui m’avait échappé…

Olivier de Rincquesen, toujours friand d’histoires savoureuses, m’a envoyé ce message : « As-tu déjà chroniqué sur le « busc » évoqué par Marcel dans Un amour de Swann ? Ça nous changerait du burkini ».

Je laisse de côté la fine allusion finale qui nous entraînerait trop loin de la côte et nous plongerait dans l’abysse.

 

Qu’est-ce que ce « busc » qui n’apparaît qu’une fois dans la Recherche ? Sur le coup, j’ai cru à une erreur. Or, on a beau avoir lu Proust dix fois, il semble bien que certains mots, comme on dit aujourd’hui, n’impriment pas. Je n’avais aucun souvenir de celui-là.

 

J’ai vérifié. Un busc s’était bien glissé dans l’œuvre, à l’occasion de la description du corps « admirablement fait » d’Odette : « il était difficile d’en apercevoir la continuité (à cause des modes de l’époque et quoiqu’elle fût une des femmes de Paris qui s’habillaient le mieux), tant le corsage, s’avançant en saillie comme sur un ventre imaginaire et finissant brusquement en pointe pendant que par en dessous commençait à s’enfler le ballon des doubles jupes, donnait à la femme l’air d’être composée de pièces différentes mal emmanchées les unes dans les autres ; tant les ruchés, les volants, le gilet suivaient en toute indépendance, selon la fantaisie de leur dessin ou la consistance de leur étoffe, la ligne qui les conduisait aux nœuds, aux bouillons de dentelle, aux effilés de jais perpendiculaires, ou qui les dirigeait le long du busc, mais ne s’attachaient nullement à l’être vivant, qui selon que l’architecture de ces fanfreluches se rapprochait ou s’écartait trop de la sienne, s’y trouvait engoncé ou perdu. »

 

J’ai ensuite regardé dans le Larousse : « nom masculin (italien busto, corset renforcé de baleines, croisé avec busco, brin) : Lame de baleine ou d’acier qui maintient, devant, la rigidité d’un corsage ou d’un corset. »

 

Sur internet, j’ai trouvé cette illustration :

1145 Busc

 

C’est donc à propos de « corsage » que nous avons droit au « busc ». Vingt-huit occurrences. De celui de la mère du Héros — « puisque la pauvre Françoise m’a attendue, je vais lui demander de dégrafer mon corsage pendant que tu vas te déshabiller. » — à un autre de Mme Verdurin, dans Le Temps retrouvé — « du floche des manches de son corsage ».

 

Quant à « corset », il se révèle être un autre hapax, noté dans Le Côté de Guermantes : « la duchesse ne recevait pas de femmes, ne supportait pas la société des femmes, presque comme si c’était par ordonnance du médecin et comme il eût dit qu’elle ne pouvait rester dans une chambre où il y avait des odeurs, manger trop salé, voyager en arrière ou porter un corset. »

 

Vingt-huit fois moins de corset que de corsage… Il est vrai que ce n’est pas aussi gracieux, pour ne pas dire affriolant. Comme le burkini.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Débusquer le busc”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. On pensera peut-être que je suis obsédé par ce mot, mais il me semble que épastrouillant est aussi un hapax dans la Recherche.

    • Vous avez parfaitement raison, cher Fetiveau. Il se trouve dans la bouche des Célibataires de l’art et fait de l’ombre à un autre hapax, prononcé par un membre du même escadron que Saint-Loup : époilant !
      Je prépare d’ailleurs une chronique sur ces « hapax legomenon » de la Recherche…
      Bon week-end. Pensez à vous hydrater !

  2. Ce même mot « busc » se rencontre sous la plume de Gracq, qui trouve à l’employer à propos de la phrase de Barbey d’Aurevilly qu’il trouve (ou plutôt que les ennemis de Barbey trouveraient) « coruscantée et cambrée sur son busc ».

    Le Grand Robert donne d’ailleurs cette même phrase de Gracq en exemple dans sa remarque sur la forme « coruscanté » de l’adjectif « coruscant » (qui fait « coruscante » au féminin).

    Aurai-je mis la main sans le vouloir sur un hapax legomenon cette fois gracquien ?

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et