Aubouy filme Louis

Aubouy filme Louis

 

Comme une consécration… Véronique Aubouy m’a intégré dans sa liste des liseurs d’À la recherche du temps perdu qu’elle filme depuis vingt-trois ans.

J’avais espéré participer à l’étonnante performance artistique après ma découverte de l’œuvre de Proust en Afrique. Je m’étais inscrit et j’avais reçu la page à interpréter, ce que j’avais fait devant mon ordinateur, mais les liaisons internet à Cotonou n’étaient pas « top » et la connexion avec la créatrice n’avait pu se réaliser.

Depuis, nous nous sommes croisés, Véronique et moi. Nous avons sympathisé autour d’événements proustiens.

Et l’autre soir, je reçois un appel téléphonique : « Je suis à Illiers-Combray. Prêt pour la lecture ? » Et comment !

Elle m’a adressé « mes » pages. Heureux homme, doublement élu : dans La Prisonnière le Héros livre ses réflexions sur la mort de Swann qui l’avait, «  à l’époque bouleversé. La mort de Swann ! », puis l’oraison funèbre des journaux, le lien avec le Charles Swann du tableau de Tissot, les questions à jamais en suspens…

J’ai choisi le lieu du tournage, Saint-Éman, source du Loir — naissance d’une rivière pour la mort d’un être.

VA filme

PL filmé

 

Après quelques réglages, la magie de Véronique Aubouy agissant, la première prise a été la bonne.

 

Me voilà donc 1 180e liseur de Proust. Je succède aux 182 de Du côté de chez Swann (l’histoire retiendra que le premier s’appelle Christian Fruchard) ; aux 251 d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs ; aux 321 du Côté de Guermantes ; aux 302 de Sodome et Gomorrhe… L’amie Véronique a déjà cinq jours et cinq nuits d’enregistrements. Elle pense achever vers 2050.

 

D’ici là, j’ai été mis en boîte et j’en nourris une fieffée fierté.

 

Parole de proustiste…

Patrice louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Aubouy filme Louis”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Nous voici donc un point commun de plus, Patrice… Véronique, qui m’a fait l’honneur et le grand plaisir de venir à Beaubec, en plein pays de Bray (et non Combray, mais une moitié, c’est déjà pas mal !) a fait lire successivement :votre servante parlant à son âne Dagobert, puis Clopin « dans les choux », puis Clopinou (qui avait alors une dizaine d’années), puis deux couples d’amis, sans compter mon copain d’enfance Gérard, musicien-clown de rues parisien de son état. Dieu me damne : je crois bien que, si on l’avait laissé faire, elle aurait fait lire Proust à la moitié du pays de Bray…

    Et son film (plagié depuis, d’ailleurs, pour d’autres écrivains), est ainsi un partage étonnant et délicieux ! Longue vie à lui, et à tous les participants !

  2. Dear Patrice~
    I just loved this article. How thrilling, and so absolutely perfect…the passage…the place.
    Véronique Aubouy has been invited to show her film, « Proust Lu, » in 2017.

    « Prochain arrêt du train Proust Lu en
    gare de Clermont-Ferrand, du 4 au 9 février 2017
    de l’École d’art festival de court métrage » V.Aubouy

    So, we will be able to see you read….and we will weep at the exquisite passage.
    Marcelita

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et