Proust dans une série télé américaine

Proust dans une série télé américaine

 

Rencontrer Proust dans une série U.S. de science-fiction relève de la délicieuse surprise… Je regardais ce week-end la saison 2 de Wayward Pines quand, soudain, dans le 9e épisode…

Diffusée en 2015 et 2016, la série d’anticipation raconte la vie d’une petite ville américaine d’un millier d’habitants à l’ombre des montagnes et ceinte d’une barrière électrique dans les années 4 000. On ne peut ni entrer ni sortir car la cité créée par un visionnaire, David Pilcher, abrite les derniers habitants de la Terre, cernés par des monstres, les Abbies.

Dans l’épisode diffusé par Fox le 20 juillet dernier aux États-Unis, un flash-back nous révèle la rencontre entre Pilcher et Kerry Campbell qui vient d’accoucher d’un garçon, Jason, qu’elle a accepté d’abandonner contre rétribution pour qu’il soit l’élu du gourou et qui dirigera effectivement Waiward Pines en autocrate.

 

Interrogée sur ce qu’elle va faire de l’argent, la jeune femme répond : « Istanbul, le Grand Bazar, entendre l’appel à la prière à la Mosquée bleue… Ou la Bolivie, le désert de sel, les gouttes de pluie qui retournent à la terre… Mais avant tout, Paris, mon rêve ! vous y êtes allé — Oui. — Je lis Proust. Vous connaissez ? C’est carrément ennuyeux. Il y a douze tomes et j’oublie au fur et à mesure, mais quand il fait mouche… Il a croqué dans un gâteau — Une madeleine. — Je savais même pas ce que c’était. Mais alors, ses souvenirs le submergent. Il a suffi d’une bouchée de madeleine. Je veux des souvenirs de ce genre pour remplacer les miens, mais pour ça il me faut une vie. — Ça viendra peut-être. »

Wayward Pines

 

Et comment ! Ayant donné naissance le 27 août 2013, à Boise, Idaho, d’un garçon de huit livres, Jason Higgins, placé en caisson de cryogénisation, elle en deviendra sa compagne deux mille ans plus tard, ignorant leurs liens.

 

Ah, ça décoiffe !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : reçu ce matin un courriel d’une amie très chère, Catherine, qui m’indique avoir regardé La vie aquatique, de Wes Anderson (2004), film qu’elle qualifie de « délicieusement frappadingue », hommage parodique au commandant Cousteau : « Une jeune femme enceinte de cinq mois [Cate Blanchett], journaliste dépêchée par le magazine Oceanographic Explorer, pour suivre l’expédition de l’équipe océanographique, lit la Recherche à haute voix à son futur enfant, le soir dans sa petite cabine. Superbe non, pour un jeune réalisateur américain ? »

Absolutely ! Dans diverses interviews, Wes Anderson (dont j’ai adoré The Grand Budapest Hôtel — établissement et clientèle assez proustiens) glisse qu’il a lu Du côté de chez Swann quand il était étudiant mais qu’il n’a pas pour autant étudié l’écrivain. On n’est pas obligé de le croire.

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

4 comments to “Proust dans une série télé américaine”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. I believe Proust would be appalled by the anti-invert propaganda promoted by Fox’s guests.

  2. Alas, if it is shown on Fox, then I will miss it.

  3. patricelouis says: -#1

    I don’t agree but I respect…

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et