Marcel dans le métro ?

Marcel dans le métro ?

 

Proust a-t-il jamais pris le métropolitain ? J’en doute fort.

Je me suis posé la question en voyant les tickets de la RATP déposés pieusement sur sa tombe (station Père Lachaise, lignes 2 et 3 ; voir la chronique d’hier). Ce n’est pourtant pas ce que la Recherche propose sur ce moyen de transport qui explique cette distribution.

 Intérieur d'une rame Sprague-Thomson, années 1920

Intérieur d’une rame Sprague-Thomson, années 1920

 

*[Charlus sur Morel :] On le remarque partout, aussi bien dans le métro qu’au théâtre. C’en est embêtant ! V

* Quelques-uns de ces Pompéiens sur qui pleuvait déjà le feu du ciel descendirent dans les couloirs du métro, noirs comme des catacombes. Ils savaient en effet n’y être pas seuls. VII

*[Charlus] affectait de redouter les gothas, non qu’il en éprouvât l’ombre de peur, mais pour avoir le prétexte dès que les sirènes retentissaient, de se précipiter dans les abris du métropolitain où il espérait quelque plaisir des frôlements dans la nuit, avec de vagues rêves de souterrains moyenâgeux et d’in pace. VII

 

Maintenant, de métro à wagon, il n’y a qu’un pas. Les seuls wagons cités dans À la recherche du temps perdu sont ceux des chemins de fer : wagon-bar, wagon couloir, wagon-lits, wagon-restaurant, wagon de première classe et, bien sûr, wagon tout court.

Comme Proust lui-même, ses personnages s’y installent — soixante-et-une occurrences. Lui a pris le train souventes fois, ne serait-ce que pour venir, enfant, à Illiers.

 

Moi, septuagénaire dans un an pile, je m’y installe régulièrement, mais dans l’autre sens, pour aller humer l’air de Paris et, sur place, je me déplace en métro.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Non classé/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Marcel dans le métro ?”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Proust n’a probablement jamais utilisé le métro en tant que transport, mais peut-être bien comme abri lors des alertes, car, d’après ce qu’il en dit dans la Recherche, il semblait bien savoir quels frôlements s’y produisaient en ces circonstances. _

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et