Les images triomphant des mots

Les images triomphant des mots

 

Quel artiste peindra-t-il cette allégorie que Sotheby’s nous a fait vivre le 31 mai 2016, entre 17 h 10 et 20 h 4 à Paris ?

 

Manuscrits boudés et bradés ; photos disputées, surcotées. Telle est la première leçon. Faisons un premier bilan, strictement comptable.

 

Les plus fortes enchères ont porté sur

1) un placard d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs « encore inconnu, en grande partie manuscrit » à 90 000 € ;

2) une édition originale de Du côté de chez Swann, 1913, avec un long envoi « courant sur trois pages, en partie inédit » à 50 000 ;

3) un dessin de la cathédrale d’Amiens à 38 000 € ;

4) l’exemplaire de Robert Proust de Les Plaisirs et les Jours à 36 000 €.

90 000

 

Cinq photos de Marcel Proust ont dépassé les 10 000 € : sur la terrasse du Jeu de Paume (22 000), sur son lit de mort (19 000), sur une banquette (17 000), avec Lucien Daudet et Robert de Flers (15 000), sur un parapet à Venise (14 000).

22 000

 

La surprise est venue d’une photo de Reynaldo Hahn au piano, à 16 000 €, enchère qu’a atteint une des cinq seules pointes sèches de Paul-César Helleu de Proust sur son lit de mort.

 

Pour les manuscrits, j’avais toujours entendu dire que le moindre mot de Proust s’arrachait. Hier, ce sont leurs cheveux que les vendeurs se sont arrachés !

 

Six documents de la main du divin Marcel n’ont pas trouvé preneur, même à un prix inférieur à l’estimation basse : un manuscrit autographe pour Les Plaisirs et les Jours (vers 1992-1895), non vendu à 15 000 € malgré la précision « les manuscrits littéraires de Proust en mains privées sont très rares  ; un autre, « important et rare », non vendu à 10 000 € ; une lettre autographe à Reynaldo Hahn non vendue à 5 000 € ; un poème en prose sur Madeleine Lemaire et les fleurs de quatre pages non vendu à 6 000 € malgré l’indication « les textes littéraires inédits de Proust sont rarissimes » ; un lettre inédite à Lucien Daudet non vendue à 6 000 € et une autre au même à 7 000 €.

 

Une douzaine de documents n’ont trouvé d’acquéreur qu’à un prix inférieur à l’estimation basse : une lettre autographe signée à Robert de Billy ( 9 000 €) ; une autre à Reynaldo Hahn (7 000 €) ; une autre au même (« longue lettre à l’écriture très dense », 13 000 €) ; deux à Lucien Daudet, inédites (4 500 et 4 800 €) et une troisième, « très belle » (11 000 €) ; deux à Robert Billy (6 500 € chacune) ; une à René Peter (4 500 €) ; une, « longue et importante » à Georges Lauris (9 500 €) ; plus la dernière lettre de Reynaldo à Marcel, tapuscrite mais signée à l’encre (7 500 €).

 

Une bonne nouvelle pour terminer (provisoirement), une confidence de Mireille Naturel : « Le musée [d’Illiers-Combray] a pu avoir trois lots grâce à la préemption. On nous enviait. Vous les découvrirez très bientôt. »

 

La secrétaire générale de la Sampac était chez Sotheby’s ainsi qu’en attestent ses cheveux roux à gauche tandis qu’à droite se trouve Antoine Compagnon.

(Photo Renée Combal-Weiss)

(Photo Renée Combal-Weiss)

 

À suivre (sûrement) !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

4 comments to “Les images triomphant des mots”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Peut-être aurions-pu nous mobiliser sur un des manuscrits boudés par les enchéreurs ?

  2. Super, merci, j’ai passé une heure à l’entrée pour tracter pour « Dînez avec Proust », mais je ne suis pas restée à la vente. Grâce à ce blog, on suit parfaitement l’actualité qui compte.
    Félicitations

  3. Quelle frustration de ne pas connaître le nom des acheteurs !
    Ravie que la SAMP ait pu acquérir trois lots.

  4. We should know soon, which museums and libraries were able to capture these treasures.

    I am curious…what will happen to the letters that didn’t sell?
    *Specifically, what about the prose poem about Mme Lemaire and flowers?
    Has anyone seen a copy of the four pages?

    Web translated:
    « Six documents Marcel divine hand has not found a buyer even at a price below the low estimate: a manuscript for The Pleasures and Days (circa 1992-1895), not sold at € 15,000 despite the precision « literary manuscripts of Proust in private hands are very rare; Another « important and rare », not sold at € 10,000; an autograph letter to Reynaldo Hahn unsold at € 5,000; *a prose poem about Madeleine Lemaire and flowers of four unsold pages € 6,000 despite the indication « unpublished literary texts by Proust are rare »; an unpublished letter to Lucien Daudet not sold at € 6,000 and another at even € 7,000. » PL

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et