Le raidillon et le talus

Le raidillon et le talus

 

C’est le délaissé de la topographie proustienne, son mal aimé… La star de Combray, c’est le raidillon, mais il est bordé par un talus — « surface de terrain en pente, créée par des travaux de terrassement latéralement à une plate-forme (de route, de voie ferrée, etc.) ou résultant de l’équilibre naturel d’une zone déclive », selon la définition du Larousse.

 

En occurrences, le premier s’efface devant le second (9 contre 11). De ces citations de talus, deux concernent celui de chez Swann :

*Je poursuivais jusque sur le talus qui, derrière la haie, montait en pente raide vers les champs, quelque coquelicot perdu, quelques bluets restés paresseusement en arrière, qui le décoraient çà et là de leurs fleurs comme la bordure d’une tapisserie où apparaît clairsemé le motif agreste qui triomphera sur le panneau ; I

Mme de Guermantes était coiffée d’un canotier fleuri de bleuets ; et ce qu’ils m’évoquaient, ce n’était pas, sur les sillons de Combray où si souvent j’en avais cueilli, sur le talus contigu à la haie de Tansonville, les soleils des lointaines années, c’était l’odeur et la poussière du crépuscule, telles qu’elles étaient tout à l’heure, au moment où Mme de Guermantes venait de les traverser, rue de la Paix. III

 

Quant au raidillon, huit fois sur neuf, c’est celui qui longe la haie d’aubépines derrière laquelle le jeune Héros découvre Gilberte : « le petit raidillon, contigu à Tansonville » I ; « dans le raidillon de Combray », I ; « devant la haie d’épines roses, dans le raidillon que je prenais pour aller du côté de Méséglise », II ; « le petit raidillon de Tansonville » (deux fois) II ; et trois occurrences dans Le Temps retrouvé : [Gilberte :] « Comment, cela ne vous fait rien éprouver, me disait-elle, de prendre ce petit raidillon que vous montiez autrefois ? »; [le Héros :] « Vous parliez l’autre jour du raidillon, comme je vous aimais alors ! » ; [Gilberte à nouveau, dans une lettre de 1914 :] « Le petit chemin que vous aimiez tant, que nous appelions le raidillon aux aubépines ».

Le talus et le raidillon (Photo PL)

Le talus et le raidillon (Photo PL)

 

Et le neuvième raidillon ? Il se trouve à Maineville, dans Sodome et Gomorrrhe, et c’est Albertine qui l’emprunte.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

Montjouvain, buissonneux et broussailleux 3

Nous nous engagions dans le sentier de halage qui dominait le courant d’un talus de plusieurs pieds ; côté de Guermantes

talus de chemin de fer, qu’on voit du wagon, 4

à Balbec, 1

 

 

Mais j’avais beau rester devant les aubépines à respirer, à porter devant ma pensée qui ne savait ce qu’elle devait en faire, à perdre, à retrouver leur invisible et fixe odeur, à m’unir au rythme qui jetait leurs fleurs, ici et là, avec une allégresse juvénile et à des intervalles inattendus comme certains intervalles musicaux, elles m’offraient indéfiniment le même charme avec une profusion inépuisable, mais sans me laisser approfondir davantage, comme ces mélodies qu’on rejoue cent fois de suite sans descendre plus avant dans leur secret. Je me détournais d’elles un moment, pour les aborder ensuite avec des forces plus fraîches. Je poursuivais jusque sur le talus qui, derrière la haie, montait en pente raide vers les champs, quelque coquelicot perdu, quelques bluets restés paresseusement en arrière, qui le décoraient çà et là de leurs fleurs comme la bordure d’une tapisserie où apparaît clairsemé le motif agreste qui triomphera sur le panneau ; rares encore, espacés comme les maisons isolées qui annoncent déjà l’approche d’un village, ils m’annonçaient l’immense étendue où déferlent les blés, où moutonnent les nuages, et la vue d’un seul coquelicot hissant au bout de son cordage et faisant cingler au vent sa flamme rouge, au-dessus de sa bouée graisseuse et noire, me faisait battre le cœur, comme au voyageur qui aperçoit sur une terre basse une première barque échouée que répare un calfat, et s’écrie, avant de l’avoir encore vue : « La Mer ! » (I)

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et