La clé Carolus

La clé Carolus

 

… Et la preuve par Morel !

 

Je pense avoir trouvé la solution de l’énigme de la prononciation de Charlus (voir la chronique d’hier). L’ami Luc Fraisse m’a mis sur la voie sans s’en douter : « Dans la vie civile — signalait-il dans un commentaire — , c’est en fait la famille concernée qui indique comment on prononce son nom, les règles de phonétique (s’il y en a) ne prévalent pas. Comme en l’occurrence on ne peut poser la question… »

 

Eh bien si, cher Luc, on peut !

Et il n’y a pas de plus proche parent que Palamède lui-même.

Tout est dans un court passage de Sodome et Gomorrhe.

Guermantes, le baron de Charlus a envisagé d’adopter Morel et de lui donner un des titres de la famille desquels il dispose. Il s’est avisé aussi que le prénom de Morel est Charles, qui ressemble à Charlus.

Faute de pouvoir officiellement lui donner son nom — le violoniste mettant de la mauvaise volonté —, le frère de Basin et beau-frère d’Oriane, doit se contenter de commander pour le garçon dont il est fou des bagues symboliques où il fait inscrire « PLVS VLTRA CAROLVS ». Traduit littéralement « Plus loin Charles », c’est une variation de « Plus ultra », la devise nationale de l’Espagne, version latine de la devise « Plus oultre », adoptée par l’empereur Charles Quint.

Dans la langue de Cicéron, le s final se prononce (on ne l’appelle pas Marcu Tulliu Cicero).

Avec ce cadeau, cette bague au doigt, Palamède dit à Charles : « Nous partageons désormais notre nom — Carolus et Charlus étant semblables. »

Le message, plus que subliminal arrive jusqu’à nous : le second se prononce comme le premier. Voilà pourquoi, définitivement, il faut dire « Charluss ».

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

L’extrait :

*M. de Charlus aurait voulu que Morel tînt tout de lui, même son nom. S’étant avisé que le prénom de Morel était Charles, qui ressemblait à Charlus, et que la propriété où ils se voyaient s’appelait les Charmes, il voulut persuader à Morel qu’un joli nom agréable à dire étant la moitié d’une réputation artistique, le virtuose devait sans hésiter prendre le nom de « Charmel », allusion discrète au lieu de leurs rendez-vous. Morel haussa les épaules. En dernier argument M. de Charlus eut la malheureuse idée d’ajouter qu’il avait un valet de chambre qui s’appelait ainsi. Il ne fit qu’exciter la furieuse indignation du jeune homme. « Il y eut un temps où mes ancêtres étaient fiers du titre de valet de chambre, de maîtres d’hôtel du Roi. — Il y en eut un autre, répondit fièrement Morel, où mes ancêtres firent couper le cou aux vôtres. » M. de Charlus eût été bien étonné s’il eût pu supposer que, à défaut de « Charmel », résigné à adopter Morel et à lui donner un des titres de la famille de Guermantes desquels il disposait, mais que les circonstances, comme on le verra, ne lui permirent pas d’offrir au violoniste, celui-ci eût refusé en pensant à la réputation artistique attachée à son nom de Morel et aux commentaires qu’on eût faits à « la classe ». Tant au-dessus du faubourg Saint-Germain il plaçait la rue Bergère. Force fut à M. de Charlus de se contenter, pour l’instant, de faire faire à Morel des bagues symboliques portant l’antique inscription : PLVS VLTRA CAROLVS. IV

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

9 comments to “La clé Carolus”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Bravo ! Et pour célébrer votre impeccable démonstration, voici un sonnet « proustien » !

    « Même au cœur de la nuit, notre hôte n’en dort plus !
    Il ne veut certes pas d’un vague consensus
    IL veut juste savoir comme dire « Charlus »
    Il y arrivera (il est un brin têtu)

    Pour en être certain, pour être convaincu,
    Il défiera l’espace et prendra l’omnibus
    Continuer sa quête jusqu’au bibliobus
    Pour chercher dans les livres un verdict attendu

    Car Jean-Yves Tadié pratique l’élision
    Du « esse » de Charlusse, mais a-t-il bien raison ?
    La Recherche livrera-t’elle le secret ?

    Le suspens, au plus haut, plane sur Patrice Louis
    L’ »esse » (que tous emploient) peut-il se justifier ?
    Et voici, ô miracle, que la réponse est « oui » !

  2. Zut, en relisant, je me rends compte que mon dernier vers boîte un peu, il a un pied de trop, comme dans le tableau de Bruegel « le repas de noce » où un pied surnuméraire traîne sous le plateau du repas…

    j’aurais dû écrire « voici, ô miracle, que la réponse est « oui » ».

    Mille excuses, Patrice !

    • patricelouis says: -#2

      Et voilà que Clopine me consacre un poème !
      J’imagine ses efforts pour trouver une rime à « Louis ». Elle a trouvé « oui », mais vu le travail que j’ai abattu, j’aurais admis qu’elle choisisse « oh hisse » !

  3. Voilà qui est bien raisonné ! Et preuve est faite que l’œuvre contient par elle-même beaucoup de réponses aux questions.

  4. J’ai suivi la règle des sonnets ! ABBA, ABBA, CCD, EDE ; ou alors, il aurait fallu parler d’Eddy Louiss…

    (à écouter ici : https://youtu.be/_R9LSEWiep0)

  5. Another « Charmel: »

    « Des deux côtés d’elle, à ma grande stupéfaction, se tenaient deux valets de pied qui s’éloignèrent lentement pour avoir l’air de s’être trouvés là seulement en passant pour leur service. (J’ai su depuis leurs noms, l’un s’appelait Burnier et l’autre Charmel.) Je ne fus pas dupe un instant de cette explication que leur démarche nonchalante semblait me proposer. » MP (GW)

  6. Charmel, ah! quel beau nom Charles eusse alors porté,
    Si de Charlus il l’eusse ou le pusse adopter.

  7. Oui, il faut prononcer le « s » final et latin, l’élider serait châtrer le plus extraordinaire personnage de la Recherche, le plus génial, le plus fou, et folle, en plus, la folle que serait peut-être devenu Marcello s’il n’eût pas été notre Proust.
    Ce Charlus, le nom, Proust l’aura trouvé dans l’Index des Mémoires de Saint-Simon (quatre Charlus y figurent), puisque succédant immédiatement à ce nom latin, romain, impérial, nous trouvons précisément … Charmel, Louis de Ligny, comte du Charmel, ami de Saint-Simon et valet de pied du cher baron.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et