Des photos de Combray hors Illiers

Des photos de Combray hors Illiers

 

Un livre en allemand sur Combray, ça fait rêver.

La découverte récente a été faite sur le site http://www.deutschlandradiokultur.de/.

**zElger Esser, Combray

Le titre de l’article : « Sehnsuchtsorte à la Proust », soit « Lieux de nostalgie à la Proust ». La traduction m’est connue grâce à Gisèle Maini, qui, à Illiers-Combray, a tous les talents dès qu’il s’agit de parler de Proust — les pèlerins qu’elle a guidés en plusieurs langues peuvent en témoigner. Mon amie a donc accepté de traduire le texte — je ne maîtrise aucun traitre mot de la langue de Goethe — sur ce voyage photographique dans une France proustienne signé du presque quinquagénaire Elger Esser.

 

« Combray – c’était la maison d’enfance fictive du narrateur dans À la recherche du temps perdu. Le photographe Elger Esser procède d’une façon semblable à Proust, en composant à partir de photos de différents villages français la représentation d’un seul lieu.

Jours calmes à Combray : à peine les proustiens ont-ils entendu ce titre, qu’ils pensent immédiatement à l’endroit où commence « A la recherche du temps perdu ». Là, le Narrateur de Proust a passé les étés de son enfance, il était heureux. En réalité, Combray n’existe pas du tout. Proust a condensé dans cette fiction des lieux différents, y compris Illiers, son village de vacances.

Le photographe d’art Elger Esser procède de même. Avec l’ensemble de plus d’une centaine de vues d’endroits lointains de provinces françaises, il compose son Combray : ruines de monastère et cours d’eau de rivière redevenus sauvages, navires échoués, ponts de pierre qui mènent vers des fourrés, fermes abandonnées, rues de village non pavées, murs couverts de mousse. […] Les photos sont dans des tons monochromes, comme dans les premiers jours de la photographie, sans contraste clair-obscur, sans intensité de lumière dans le ciel, et aucun être humain y est présent. […] Esser, comme son modèle littéraire se comporte en artisan parfait ; il photographie par analogie, et utilise des techniques anciennes comme le processus d’impression maintenant presque disparu de l’héliogravure, qui rend possible de vraies demi-teintes. Ses images se différencient pour cette raison des produits sur papier glacé des photographies artistiques des scènes de vie d’aujourd’hui. Si la prose de Proust évoque par des mots des impressions qui s’évanouissent, comme des sons, des couleurs et des odeurs, de même les photographies de Combray captent toujours l’éphémère. Elles projettent des lieux de nostalgie, dont les silences jettent un sortilège sur l’observateur. […] Pour être fasciné par la beauté des images d’Esser, on ne doit surtout pas connaitre Proust. Mais tout de même celles-ci donnent très envie de se plonger dans la lecture du monde proustien. »

 

Parmi les phrases que j’ai coupées, il y a celle-ci : « Il est certain qu’on cherchera en vain sur les enregistrements une photo d’Illiers, ce village de 3 000 âmes situé près de Chartres qui a servi de véritable modèle à Combray. » Ah ! Il fallait oser : photographier Combray sans montrer Illiers(-Combray), mais pourquoi pas !

 

Je suis allé voir ailleurs et ai ainsi lu qu’Elger Esser montre Saint-Pierre de Thaon (Calvados), Saint-Barthélemy-le-Plain (Ardèche), Annot (Alpes-de-Haute-Provence), Douville-sur-Andelle (Eure), Montmorillon (Vienne), Pérouge (Ain), etc.

Elger Esser : Combray, avec des textes de Kirsten Claudia Voigt et Bernd Stiegler Schirmer/ Mosel Edition, Munich 2016, 68€.

 

Le photographe n’en est pas moins le bienvenu à Illiers-Combray où nous l’accueillerons, Gisèle et moi.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Des photos de Combray hors Illiers”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Les photos d’Elger Esser! étonnantes, mystérieuses et hors du temps présent. Je dirais même fascinantes. Merci Patrice d’avoir consacré votre chronique à ce grand photographe

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et