Verdun, cent ans après

Verdun, cent ans après

 

Ce fut une des plus longues et des plus dévastatrices batailles de la Première Guerre mondiale.

La France et l’Allemagne ont célébré ensemble Verdun où l’on s’affronta du 21 février au 19 décembre 1916 et Illiers-Combray a participé au souvenir.

1 Verdun, IC

 

Proust évoque deux fois cet épisode dans Le Temps retrouvé :

*M. de Charlus arrivait à d’extraordinaires enfantillages, il me dit du même ton qu’il m’eût parlé de la Marne ou de Verdun, qu’il y avait des choses capitales et fort curieuses que ne devrait pas omettre celui qui écrirait l’histoire de cette guerre. « Ainsi, me dit-il, par exemple, tout le monde est si ignorant que personne n’a fait remarquer cette chose si marquante : le grand maître de l’ordre de Malte, qui est un pur boche, n’en continue pas moins de vivre à Rome où il jouit en tant que grand maître de notre ordre, du privilège de l’exterritorialité. C’est intéressant, »

*Un professeur écrivait un livre remarquable sur Schiller et on en rendait compte dans les journaux. Mais avant de parler de l’auteur du livre, on inscrivait comme un permis d’imprimer qu’il avait été à la Marne, à Verdun, qu’il avait eu cinq citations, deux fils tués. Alors on louait la clarté, la profondeur de son ouvrage sur Schiller qu’on pouvait qualifier de grand, pourvu qu’on dît au lieu de « ce grand Allemand », « ce grand Boche ». C’était le mot d’ordre pour l’article, et aussitôt on le laissait passer.

 

Aujourd’hui encore, le champ de bataille n’est que plaies et bosses.

2 Verdun, champ de bataille

 

Se souvenir pour n’avoir jamais à recommencer.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et