Une journée mondiale proustienne

Une journée mondiale proustienne

 

L’écrivain est à l’honneur aujourd’hui… Non, ce n’est ni son anniversaire ni sa fête, aucun inédit n’a été découvert et la mise à l’encan de la collection de Patricia Mante-Proust, son arrière-petite-nièce, chez Sotheby’s, n’est organisée que le 31 mai.

Ce 3 mai est la Journée mondiale de l’asthme, organisée par la Global Initiative for Asthma, coordonnée en France par l’Association Asthme et & Allergies. « Maladie chronique la plus courante chez l’enfant », selon l’Organisation mondiale de la santé, elle a pourri l’existence de Marcel Proust.

Les 334 millions habitants de la planète qui en souffrent, dont 4 millions de Français pourront avoir une pensée émue pour celui qui a érigé leur allergie en sujet littéraire.

Dans À la recherche du temps perdu, le Héros n’est pas le seul à souffrir de cette maladie du système respiratoire dont le nom grec signifie « courte respiration ».

La première victime est la fille de cuisine de Combray. Ses crises sont provoquées par l’épluchage des asperges imposé par une Françoise sadique. I

La deuxième est le Héros pour lequel le professeur Cottard est appelé en consultation et qui trouve l’adolescent « asthmatique » et « toqué ». II

Suivent les fondateurs de religions et les compositeurs de chefs d’œuvre qui, selon le docteur du Boulbon, sont tous des grands nerveux. III

Enfin, M. Verdurin a d’« abominables crises » dues aux plantes. VII

 

L’asthme, une réalité, pas un « fantasthme ».

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et