Proust aux Amériques

Proust aux Amériques

 

États-Unis

Edison, Whistler (l’original Américain).

Duchesse de Manchester, princesse Christian, les comtes de Pembroke, la comtesse de Warwick.

L’oncle Sam.

 

Des Américains qui s’appellent Montgommery, Berry, Chandos ou Capel, une Américaine amie de Bloch, une américaine amie de Saint-Loup, l’Américaine de Swann, une Américaine épouse du comte de Farcy, une Américaine qui se trompe de chambre au Grand-Hôtel, Charles Crécy, époux américain d’une nièce de la duchesse de Guermantes, une dame américaine et ses filles clientes du Grand-Hôtel, une jeune fille venue d’Amérique avec sa dame de compagnie cliente du Grand-Hôtel, les juives américaines en chemise, une riche américaine inculte admirative de l’esprit de Mme de Guermantes,

 

La Berma a fait de fréquentes tournées en Amérique.

 

Banquets franco-américains, brosse de moustache à l’américaine, caoutchoucs américains, chênes d’Amérique, drapeau américain, homard à l’américaine, mauvaise époux d’Amérique, moustaches à l’américaine, œil américain, Oncle d’Amérique.

 

Chez les Masséchutos…

Tribu imaginaire. Le nom est d’évidence inspiré de Massachusets, nom indien algonquin de l’endroit d’Amérique où débarquent les pèlerins du Mayflower en 1620.

*[La mère du Héros :] J’ai aperçu Mme Swann sur son pied de guerre, elle devait partir pour quelque offensive fructueuse chez les Masséchutos, les Cynghalais ou les Trombert. II

 

Du Sud

Un médecin brésilien

Un jeune péruvien

 

Centrale

Après avoir gravi les hauteurs inaccessibles du nom de Guermantes, en descendant le versant interne de la vie de la duchesse, j’éprouvais à y trouver les noms, familiers ailleurs, de Victor Hugo, de Frans Hals et, hélas, de Vibert, le même étonnement qu’un voyageur, après avoir tenu compte, pour imaginer la singularité des mœurs dans un vallon sauvage de l’Amérique Centrale ou de l’Afrique du Nord, de l’éloignement géographique, de l’étrangeté des dénominations de la flore, éprouve à découvrir, une fois traversé un rideau d’aloès géants ou de mancenilliers, des habitants qui (parfois même devant les ruines d’un théâtre romain et d’une colonne dédiée à Vénus) sont en train de lire Mérope ou Alzire. III

 

Antilles

Cependant mes regards furent détournés de la baignoire de la princesse de Guermantes par une petite femme mal vêtue, laide, les yeux en feu, qui vint, suivie de deux jeunes gens, s’asseoir à quelques places de moi. Puis le rideau se leva. Je ne pus constater sans mélancolie qu’il ne me restait rien de mes dispositions d’autrefois quand, pour ne rien perdre du phénomène extraordinaire que j’aurais été contempler au bout du monde, je tenais mon esprit préparé comme ces plaques sensibles que les astronomes vont installer en Afrique, aux Antilles, en vue de l’observation scrupuleuse d’une comète ou d’une éclipse ; III

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et