Illiers-Combray fâchée avec la botanique proustienne

Illiers-Combray fâchée avec la botanique proustienne

 

Quelle boulette ! Est-ce pour faire oublier la disparition des hauts arbres du chemin de halage ? La municipalité d’Illiers-Combray a décidé de repeupler le sentier proustien. Seulement, elle a choisi d’y mettre des… aubépines.

Aubépine 1

Aubépine 2

(Photos PL)

 

La géographie du cher Marcel en est toute tourneboulée. Les aubépines d’À la recherche du temps perdu (34 occurrences) se trouvent dans la propriété de Charles Swann aux environs de Combray, Tansonville, et particulièrement formant une haie la séparant du petit raidillon — nul besoin d’avoir fait un troisième cycle littéraire pour le savoir. À la limite, on peut les voir aussi posées sur l’autel de Saint-Hilaire, sur un chapeau d’Oriane de Guermantes ou, défleuries, en buisson, près de Saint-Denis-du-Désert, ou encore près de la maison de « plaisir » de Maineville-la-Teinturière. Mais, des aubépines au chemin de halage, il n’est pas question.

 

Imaginez, pour rester à Combray, le grand marronnier de tante Léonie devant l’église, les lilas de la maison des Archers chez Mme Goupil, le plant d’asperge de Tansonville à Martinville, les bluets du côté de Méséglise côté de Guermantes, et vice-versa pour les nymphéas… Ça ne tient pas debout.

 

Il y a quelques proustiens informés à Illiers-Combray, à commencer par la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray. N’aurait-il pas été judicieux de la consulter avant de faire du chemin de halage une haie bis ?

 

Le seul arbre associé à ce lieu est un noisetier. Or, m’a précisé le responsable des services techniques de la mairie, outre les aubépines, ont été aussi plantés des noisetiers, des pourpres et des verts.

(Photos PL)

(Photos PL)

Un bon point !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Illiers-Combray fâchée avec la botanique proustienne”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Patrice, me voici un peu étonnée de la féminisation d’Illiers-Combray – j’aurais « naturellement », bibi, employé le masculin ?

  2. c’est navrant pour le chemin de halage!

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et