Une provocation proustienne

Une provocation proustienne

 

Savoureuse anecdote glanée dans le Marcel Proust de Jérôme Picon (Flammarion, 2016, 26 €)…

L'Institut ce France (qui abrite la Mazarine), un couple de jeunes mariés chinois posant sur ses marches (Photo PL, mars 2016)

L’Institut ce France (qui abrite la Mazarine), un couple de jeunes mariés chinois posant sur ses marches (Photo PL, mars 2016)

On sait qu’un arrêté du 24 juin 1895 nomme le jeune homme troisième attaché à la bibliothèque Mazarine, à Paris. Le futur écrivain prend ses fonctions le 1er août, mais il n’y met pratiquement jamais les pieds, déposant une demande de congé périodiquement renouvelée.

Ainsi, nous révèle une lettre du 10 janvier 1897 à Alfred Franklin, l’administrateur général de l’institution, Marcel explique vouloir profiter de l’occasion pour venir travailler… comme lecteur. L’effronté demande au fonctionnaire de ne pas voir « dans ce fait d’un attaché en congé, fréquentant librement la Mazarine, un manque de tact et de discrétion ».

 

En quelque sorte, Proust se sert de Franklin comme d’un paratonnerre. Osé, non ?

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et