De Pâques aux Rogations

De Pâques aux Rogations

 

La grâce divine m’a-t-elle touché grâce à mes habits de curé ? Toujours est-il que j’ai eu une révélation le soir où je les ai revêtus pour les besoins d’un dîner proustien : je faisais fausse route en ritualisant à Pâques — ce dimanche — ma présence à la messe à Saint-Jacques d’Illiers-Combray pour m’assurer de la présence ou non de Mme Goupil au moment de l’Élévation.

Où avais-je la tête ? Dans les nuages, pas au ciel. Avec d’autres fidèles (de Marcel), réunis par Laurence Grenier, nous avons lu des extraits de Du côté de chez Swann où il est question des Rogations. L’importance de cette indication m’avait échappé.

 

Tante Léonie en parle trois fois :

*Que quatre heures et demie ? et j’ai été obligée de relever les petits rideaux pour avoir un méchant rayon de jour. À quatre heures et demie ! Huit jours avant les Rogations ! Ah ! ma pauvre Françoise, il faut que le bon Dieu soit bien en colère après nous. Aussi, le monde d’aujourd’hui en fait trop ! Comme disait mon pauvre Octave, on a trop oublié le bon Dieu et il se venge.

*Tenez, dimanche prochain, si le temps se maintient, vous trouveriez certainement du monde, comme ce sont les Rogations.

*Françoise, imaginez-vous que Mme Goupil est passée plus d’un quart d’heure en retard pour aller chercher sa sœur ; pour peu qu’elle s’attarde sur son chemin cela ne me surprendrait point qu’elle arrive après l’élévation.

 

Consultons le calendrier liturgique tridentin (référence au concile de Trente). Les jours des Rogations sont les trois précédant immédiatement le jeudi de l’Ascension, c’est-à-dire les 37e, 38e et 39e jours après Pâques.

Le mot vient du latin rogare, demander, prier. Il sert à qualifier cette période de l’année car l’Évangile du dimanche précédent comprend le passage « demandez ce que voudrez et cela vous sera accordé » (Jean, 15, 7). Les prières rogatoires, encore appelée les Litanies Mineures, sont introduites au Ve siècle, connues par une homélie de Saint Avit. Depuis Vatican II, les Rogations sont quelque peu oubliées.

 

Dans la Recherche, tante Léonie s’exprime donc le dimanche qui les précède, s’inquiétant deux fois de la ponctualité de Mme Goupil.

*Tiens, disait ma tante en se frappant le front, cela me fait penser que je n’ai point su si elle était arrivée à l’église après l’élévation. Il faudra que je pense à le demander à Eulalie…

*Est-ce qu’Eulalie est déjà partie ? Croyez-vous que j’ai oublié de lui demander si Mme Goupil était arrivée à la messe avant l’élévation ! Courez vite après elle !

 

Si je veux perpétuer cet épisode, l’Ascension tombant cette année le 5 mai, je devrais assister à la messe le dimanche 24 avril.

996 PL en curé

 

Pour mon erreur initiale, mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et