Cauchemar en blond

Cauchemar en blond

 

Quatre-vingt six blonds contre quarante-sept bruns… Ce sont les occurrences des mots dans la Recherche.

 

Les premiers sont généralement très sympathiques : Swann, Legrandin, Gilberte (tendant vers le roux), Oriane, Herbinger, une joueuse de volant, Odette Swann (avec une mèche grise), le directeur de cabinet du ministre des Travaux publics, un voyageur artiste imaginé par le Héros, Robert (cheveux dorés), une jeune femme seule et triste à Rivebelle, une pure « Harmonie en rose et or », une jeune homme à l’Opéra devant lequel la duchesse de Guermantes fait une profonde révérence, le jeune marquis de Beausergent, un garçon de quatorze ans au restaurant, le duc de Châtellerault, les Guermantes, la femme de chambre de Mme Putbus, l’amie de la cousine de Bloch, Ski, une vendeuse de fleurs à Saint-Mars-le-Vêtu, une jeune fille suivant son institutrice, un garçon boucher, une employée d’un crémier, un employé du Grand-Hôtel en culotte courte, une jeune fille que le Héros suit au Bois (Mlle d’Éporcheville ou d’Orgeville), un vieillard aux cheveux blonds découvrant qu’il n’aura plus la couleur de sa jeunesse, une valseuse connue autrefois.

 

Ça, c’est la fiction proustienne.

Passons à ce qui, je l’espère, restera une fiction, une rencontre au sommet des blonds dirigeants suivants : Marine Le Pen, Donald Trump, Boris Johnson et Vladimir Poutine.

À l’idée que ça devienne un jour une réalité, mes blonds cheveux se dressent sur ma tête.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et