Une petite musique de Proust

Une petite musique de Proust

 

Lire la Recherche à haute voix, c’est trouver toujours une sonorité à nulle autre pareille…

Ainsi, ces mots d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs :

*Mais savais-je seulement quand j’étais chez les Swann que c’était du thé que je buvais ? L’eussé-je su que j’en eusse pris tout de même, car en admettant que j’eusse recouvré un instant le discernement du présent, cela ne m’eût pas rendu le souvenir du passé et la prévision de l’avenir.

 

Quelle élégance, quel délice !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Une petite musique de Proust”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Et quatre imparfaits du subjonctif, quatre, tout chaud servis ! Le subjonctif est au style proustien ce que le subjectif est à son propos : intrinsèque !

  2. on approche de l’art du virelangue !

    • Pour qui (comme moi) ne maîtrise pas le virelangue, une consultation de Wikipédia s’impose :
      Un virelangue (ou casse-langue ou fourchelangue) est une locution (ou une phrase ou un petit groupe de phrases) à caractère ludique, caractérisée par sa difficulté de prononciation ou de compréhension orale, voire les deux à la fois. On parle aussi de trompe-oreilleslorsqu’une phrase est difficile à comprendre et donne l’impression d’être en langue étrangère.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et