Combray 2016 : galerie de portraits (6)

Combray 2016 : galerie de portraits (6)

 

En remontant d’Illiers-Combray à Combray…

 

Réalité d’aujourd’hui

Guy, facteur. Discret, il n’a confié que son prénom et il partage les tournées de distribution avec d’autres collègues hommes et femmes.

6 1 Guy, facteur

 

Fiction d’hier

Le facteur

*L’église ! Familière ; mitoyenne, rue Saint-Hilaire, où était sa porte nord, de ses deux voisines, la pharmacie de M. Rapin et la maison de Mme Loiseau, qu’elle touchait sans aucune séparation ; simple citoyenne de Combray qui aurait pu avoir son numéro dans la rue si les rues de Combray avaient eu des numéros, et où il semble que le facteur aurait dû s’arrêter le matin quand il faisait sa distribution, avant d’entrer chez Mme Loiseau et en sortant de chez M. Rapin, il y avait pourtant entre elle et tout ce qui n’était pas elle une démarcation que mon esprit n’a jamais pu arriver à franchir. I

*ce n’est pas cependant qu’elle [tante Léonie] n’aspirât parfois à quelque plus grand changement, qu’elle n’eût de ces heures d’exception où l’on a soif de quelque chose d’autre que ce qui est, et où ceux que le manque d’énergie ou d’imagination empêche de tirer d’eux-mêmes un principe de rénovation, demandent à la minute qui vient, au facteur qui sonne, de leur apporter du nouveau, fût-ce du pire, une émotion, une douleur ; I

 

 

Réalité d’aujourd’hui

Gilles Loiseau, responsable du service des Espaces Verts du Conseil départemental d’Eure-et-Loir

(Photo l'Echo Républicain)

(Photo l’Echo Républicain)

 

Fiction d’hier

Le jardinier de Swann

*ce qui était sans cesse devant ses yeux, c’était un parc qu’il [Swann] possédait près de Combray, où, dès quatre heures, avant d’arriver au plant d’asperges, grâce au vent qui vient des champs de Méséglise, on pouvait goûter sous une charmille autant de fraîcheur qu’au bord de l’étang cerné de myosotis et de glaïeuls, et où, quand il dînait, enlacées par son jardinier, couraient autour de la table les groseilles et les roses. I

 

 

Réalité d’aujourd’hui

Patrice Louis, nettoyant à l’aide d’un cure-pied la sole et la fourchette d’un pied d’Indy, jument du centre d’équitation de Beaurouvre

6 3 PL maréchal-ferrant 2

 

Fiction d’hier

Le maréchal-ferrant

*Le Pont-Vieux débouchait dans un sentier de halage qui à cet endroit se tapissait l’été du feuillage bleu d’un noisetier sous lequel un pêcheur en chapeau de paille avait pris racine. À Combray où je savais quelle individualité de maréchal ferrant ou de garçon épicier était dissimulée sous l’uniforme du suisse ou le surplis de l’enfant de chœur, ce pêcheur est la seule personne dont je n’aie jamais découvert l’identité. I

 

Demain, deux artistes.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et