Une rose hivernale à Illiers-Combray

Une rose hivernale à Illiers-Combray

 

La première fois que fleurit le mot « rose » dans À la recherche du temps perdu, c’est au début de Du côté de chez Swann, dans un titre de journal, les Débats roses. Soixante-dix occurrences suivent, notamment à propos d’Odette, « la dame en rose » et d’une certaine aubépine, l’épine rose ».

Finalement, de la rose, la fleur, il est peu question. Les deux suivantes me suffisent pour illustrer mon propos du jour consacré à une fleur qui a commencé à éclore dans mon jardin, fin décembre.

(Photo PL)

(Photo PL)

*« Une visite, qui cela peut-il être ? » mais on savait bien que cela ne pouvait être que M. Swann; ma grand’tante parlant à haute voix, pour prêcher d’exemple, sur un ton qu’elle s’efforçait de rendre naturel, disait de ne pas chuchoter ainsi ; que rien n’est plus désobligeant pour une personne qui arrive et à qui cela fait croire qu’on est en train de dire des choses qu’elle ne doit pas entendre ; et on envoyait en éclaireur ma grand’mère, toujours heureuse d’avoir un prétexte pour faire un tour de jardin de plus, et qui en profitait pour arracher subrepticement au passage quelques tuteurs de rosiers afin de rendre aux roses un peu de naturel, comme une mère qui, pour les faire bouffer, passe la main dans les cheveux de son fils que le coiffeur a trop aplatis.

 

*[Tansonville] c’était un parc qu’il possédait près de Combray, où, dès quatre heures, avant d’arriver au plant d’asperges, grâce au vent qui vient des champs de Méséglise, on pouvait goûter sous une charmille autant de fraîcheur qu’au bord de l’étang cerné de myosotis et de glaïeuls, et où, quand il dînait, enlacées par son jardinier, couraient autour de la table les groseilles et les roses.

 

Une rose ouverte en janvier… Précoce ou tardive ? Je l’ignore, n’étant, moi, pas jardinier !

Il n’y a plus de saison à Illiers-Combray.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Une rose hivernale à Illiers-Combray”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. La vraie rose de Noël, Patrice, c’est l’ellébore (ou hellébore), dite aussi  » herbe à sétons, herbe aux fous, pied de griffon, pied de lion, patte d’ours, rose de serpent, mors de cheval, pain de couleuvre  » ; votre rose à vous cherche simplement à l’imiter…

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et