Traces proustiennes à Orléans

Traces proustiennes à Orléans

 

Comme une frénésie de voyages… À peine revenu de Paris, me voici reparti pour Orléans. Le motif est extra-proustien mais le séjour n’est pas sans permettre de trouver des souvenirs du jeune Marcel qui a séjourné là pour cause de volontariat militaire.

Il est incorporé en 1889 au 1er bataillon de la 2e compagnie du 76e régiment d’infanterie à la caserne Coligny dont il ne reste que des bâtiments qui en figurent l’entrée.

1 Caserne Coligny

 

Pendant qu’il est sous l’uniforme, Proust loge à la Pension Renvoyzé, 92, rue du faubourg Bannier.

2 Rue du Faubourg Bannier

2 92 Fbg

Qu’a donc conservé Marcel Proust de ce séjour dans le chef-lieu du Loiret ? Au moins une idée de nom de personnage grâce à cette église :

3 Eglise Saint Euverte

 

Le nom de la rue qui la prolonge donne un indice.

4 Rue Saint Euverte

 

Clin d’œil anecdotique : cette rue Saint Euverte croise celle d’un jeune marquis aussi de notre connaissance.

5 Coin Saint-Euverte : Petit Saint Loup

 

Pour se reposer et se réchauffer après une telle balade, rien de tel qu’une halte au café littéraire « Autour de la Terre ». Il y a des livres partout. L’atmosphère est apaisante, la musique, classique, fort agréable et la carte des thés étourdissante. J’ai dégusté un Da Hong Yin shu (« La Grande Marque Rouge ») de 2012 qui, « rappelle la charpente d’un vieux grenier avec ses malles aux souvenirs oubliés ou enfuis ».

6 Autour de la Terre

 

L’établissement est sur la place de la cathédrale que Proust assassine — « la plus laide de France », écrit-il dans Sodome et Gomorrhe (voir la chronique Horrible Orléans ?).

 

Il ne m’est plus resté qu’à regagner mes pénates non sans être passé par une rue qui m’a guidé.

(Photos PL)

(Photos PL)

 

Quel globe-trotter !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Traces proustiennes à Orléans”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. On rêverait d’une autre carte proustienne de la France… non plus ses voyages…. mais un relevé des rues, avenues… (faute d’établissements scolaires…en voie de disparition)… le citant… et faisant référence l’oeuvre

  2. Il y a une école Marcel Proust rue du faubourg Bannier, certainement en souvenir du chercheur de temps perdu.
    Quand à la rue Saint Euverte, si Charlus y est passé le jour ou il a suivi quelqu’un jusqu’à Orléans pour engager la conversation, il a du la fuir à toutes jambes, par crainte que quelque fosse d’aisances n’y soit crevée.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et