Mademoiselle Proust, biscuitière

Mademoiselle Proust, biscuitière

 

Dans la famille Proust, je demande Marion… Cette jeune dame fait partie d’un quatuor de pâtissiers qui ont décidé d’ouvrir une maison commune, La République Pâtissière, dans le quartier du Marais à Paris.

Mademoiselle Proust

Marion Proust (c’est son vrai nom) a choisi de se faire appeler Mademoiselle Proust dont elle aime le côté désuet. Quant à ses biscuits, ils portent tous un prénom choisi parmi les personnages d’À la recherche du temps perdu. Elle s’en explique sur son site :

 

« J’attribue les prénoms à mes biscuits de façon complètement intuitive et non intellectuelle. J’aime les prénoms, et je trouve que les prénoms correspondent bien aux biscuits. 
Octave [sablé aux cacahuètes] c’est l’oncle, mari de Léonie. Ce sablé cacahuète est forcément masculin dans mon esprit. 
Oriane [galette bretonne avec une saveur de bergamote] c’est la duchesse de Guermantes. Je trouve ce prénom très élégant pour ces petites galettes dorées comme l’or, qui n’est autre que la signification du prénom Oriane. 
Sidonie [croquant aux amandes] c’est Madame Verdurin. Ce prénom me semblait bien correspondre à ce croquant au côté espiègle, avec l’air de rien, un petit côté aguicheur. 
Swann [cookie aux pépites de chocolat] c’est Monsieur Swann. C’est le seul qui ne soit pas réellement un prénom dans la Recherche. 
Léonie c’est la tante de Marcel. Aucune hésitation sur ce prénom, puisque c’est la tante Léonie qui a offert la fameuse madeleine à Marcel. 
À bientôt à naître le biscuit Albertine (l’amoureuse de Marcel). »

 

Publicité gratuite pour une maison que je n’ai pas encore visitée.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

La République Pâtissière, 57 rue de Saintonge, ouverte du mardi au samedi de 11 h à 20 h et le dimanche de 11 h à 15 h

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Mademoiselle Proust, biscuitière”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. C’est vraiment à croquer ! Et on attend avec impatience le gâteau Basin, et surtout le soufflé Charlus (je ne l’imagine qu’en soufflé, celui-là…)

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et