… et des brouettes

… et des brouettes

 

Chaises, deux-roues, valises, chariots, armes… Les poissons du canal Saint-Martin à Paris côtoient de bien étranges occupants comme le révèle le vidage qui a lieu en ce moment.

 

Ceux de la rivière créée par l’oncle de Proust au Pré Catelan à Illiers-Combray ont droit, eux, à une… brouette. C’est actuellement le grand nettoyage et le niveau de l’eau dévoile cette incongrue présence.

(Photo PL)

(Photo PL)

Avis à qui est à la recherche de sa brouette perdue ! Y en aura-t-il aussi dans À la recherche du temps perdu ? Eh bien oui :

*on en voulut moins au Bloc national quand on vit tout d’un coup les victimes du bolchevisme, de grandes-duchesses en haillons, dont on avait assassiné tour à tour les maris et les fils. Les maris dans des brouettes, et les fils en jetant des pierres dessus après les avoir d’abord laissés sans manger puis les avoir fait travailler au milieu des huées, et enfin jetés dans des puits ou on les lapidait parce qu’on croyait qu’ils avaient la peste et pouvaient la communiquer. Ceux qui étaient arrivés à s’enfuir reparurent tout à coup… Le Temps retrouvé

 

C’est moins cocasse.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique, Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et