Dire Proust au dîner

Dire Proust au dîner

 

Nous avions rendez-vous ce soir au Café de la Mairie, place Saint-Sulpice, dans le VIe arrondissement de Paris…

Laurence Grenier, infatigable propagandiste de Proust à travers ses livres vulgarisateurs et son blogue fureteur, nous avait invités à jouer « Un dîner à la Raspelière ».

 

Tous les rôles étaient là : Marcel, (Florence Dessange), le docteur Cottard (Alain Prigent), Léontine Cottard (Fatiha Benaoudia), la princesse Sherbatoff (Catherine Le Gallen), Ski (Sophie Mansi), Saniette (Viviane Vergeais), Brichot (votre serviteur), M. Verdurin (Jérôme Bastianelli), Mme Verdurin (Marie-Joséphine Strich), le baron de Charlus (Irène Pertus), le marquis de Cambremer (Claude Wittezaele) et la marquise de Cambremer (Renée Combal-Weiss).

 

Quelle affiche !

12 3 4 

 

Notre hôtesse avait-elle en tête que le lieu choisi est un lien entre les Cambremer et les Verdurin, précisément à propos de la propriété louée par les premiers aux seconds ?

*Mme Verdurin, tout en passant aux yeux des Cambremer pour tout bouleverser, était non pas révolutionnaire mais intelligemment conservatrice, dans un sens qu’ils ne comprenaient pas. Ils l’accusaient aussi à tort de détester la vieille demeure et de la déshonorer par de simples toiles au lieu de leur riche peluche, comme un curé ignorant reprochant à un architecte diocésain de remettre en place de vieux bois sculptés laissés au rancart et auxquels l’ecclésiastique avait cru bon de substituer des ornements achetés place Saint-Sulpice. Sodome et Gomorrhe

 

Nous avons eu droit à un bœuf en gelée aux carottes…

5

 

… et à un fromage blanc… rose.

6

 

En prime, vous gagnez un fou de Proust « dans la tenue qu’on appelle à Paris smoking », comme il est dit dans Sodome et Gomorrhe 

7

 (Photos PL)

… tenue qu’on appelle à Londres tuxedo.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique, Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

10 comments to “Dire Proust au dîner”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Il ne manque plus qu’un film avec les principaux participants, à Illiers Combray ou ailleurs, et quelques figurants , de beaux costumes, un peintre au milieu d’eux comme à la belle époque , et hop, retour vers le passé romantique des écrivains.

  2. Une dame incarnant Charlus, Proust n’aurait sans doute pas désavoué. Mais Saniette? On ne sache pas qu’il en fût. Espérons du moins que ce Saniette-là ne fut pas l’objet des persécutions de ces Verdurin d’un jour.

    • Est-ce notre faute s’il y eut plus de candidates que de candidats ? Au passage, je signale que le Cercle Littéraire de Combray que j’ai cofondé compte onze dames pour un homme. Messieurs, ce sont des faits qui donnent à réfléchir !

  3. Il vous faudrait aussi un violoniste, pour jouer Morel à la Raspelière…

  4. Did André VIncens play « Ski? »

  5. André played Ski on January 13, and you’ll see him in the movie (next week)

  6. Après les dîners nous ferons le concert: j’ai trouvé un Morel prêt à jouer du Fauré (entre autres).

  7. En ce qui concerne hommes/femmes, nous sommes un peu comme les acteurs shakespeariens de son époque, mais avec des règles moins strites. De plus, le « dîner de tête » remplace les costumes.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et